14 accords et des recommandations pour intensifier la coopération Maroc-Côte d'Ivoire

Mohammed VI et le président ivoirien Alassane Ouattara ont assisté le 27 février à Abidjan, à la présentation des travaux du Groupe d'impulsion économique (GIE) Côte d’Ivoire-Maroc et à la signature de 14 accords bilatéraux.

Par

Le roi Mohammed VI et le président ivoirien Alassane Ouattara. Crédit: AFP
Le roi Mohammed VI et le président ivoirien Alassane Ouattara. Crédit: AFP

Mohammed VI et le président ivoirien Alassane Ouattara ont assisté le 27 février à Abidjan, à la présentation des travaux du Groupe d’impulsion économique (GIE) Côte d’Ivoire-Maroc et à la signature de 14 accords bilatéraux.

« La Côte d’Ivoire est devenue la première destination des investissements extérieurs du Maroc, et les échanges commerciaux entre nos deux pays ont triplé« , a rappelé Meriem Bensalah Chaqroun, présidente de la Confédération générale des Entreprises du Maroc (CGEM) dans son discours d’introduction, précisant que ces investissements étaient notamment tournés vers des secteurs tels que le BTP, l’industrie manufacturière, chimique et agroalimentaire, la formation, le logement et les infrastructures économiques et sociales.

La présidente de la CGEM a réaffirmé l’engagement des opérateurs privés des deux pays de passer « à un nouveau palier du co-développement » et présenté les recommandations du GIE dans ce sens: réduire les freins à la compétitivité et à l’investissement industriel en Côte d’Ivoire, et améliorer le cadre des affaires entre le Maroc et la Côte d’Ivoire à travers l’ouverture de bureaux de liaison communs à la CGECI et à la CGEM, ainsi que la ratification de la convention de non double imposition.

Le GIE recommande également de travailler sur les leviers permettant l’amélioration de la réciprocité des flux d’investissements entre les deux pays, la réduction du coût de refinancement des banques auprès de la BCEAO (Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest) ainsi que l’optimisation du cadre fiscal pour le développement du financement des PME-PMI. L’instance suggère également la mise en place de mécanismes de garantie spécifiques permettant un meilleur accès de la PME aux financements, et appelle à introduire l’assurance agricole. Il s’agit aussi d’une harmonisation des normes sanitaires, de la levée des obstacles techniques au commerce, d’une accréditation réciproque des laboratoires, le renforcement de la coopération en matière d’économie numérique et le développement de projets communs. Le GIE appelle également à la création de groupes mixtes « business to governement » (B to G) qui travailleront de manière étroite pour lever les obstacles à l’investissement et au commerce, a indiqué Meriem Bensalah Chaqroun. « La demande d’adhésion déposée par le Maroc à la CEDEAO va renforcer la communauté de destin entre nos deux pays« , a-t-elle ajouté.

Lire aussi: Pourquoi le Maroc veut (enfin) devenir membre de la CEDEAO

14 accords bilatéraux

Mohammed VI et Alassane Dramane Ouattara ont ensuite présidé la cérémonie de signature de 14 conventions de partenariat économique, public-privé et privé-privé, en présence du vice-président ivoirien Daniel Kablan Duncan, et du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Il s’agit dans le détail de:

1- Un mémorandum d’entente pour la mise en place du financement du projet « HEXAGONE », faisant partie des projets prioritaires de la loi de programmation militaire 2016-2020. Il a été signé par Mohamed El Kettani, PDG du groupe Attijariwafa bank, et Alain Richard Donwahi, ministre ivoirien de la Défense.

2- Un mémorandum d’entente pour le financement de l’acquisition de logements pour les militaires ivoiriens, signé par Mohamed El Kettani, et Alain Richard Donwahi.

3- Un mémorandum d’entente pour le financement du projet de construction d’une unité industrielle pharmaceutique en Côte d’Ivoire. L’usine sera spécialisée dans la fabrication de produits génériques de toutes classes thérapeutiques (hors dérivés de sang), et commercialisera ses produits en Côte d’Ivoire et dans d’autres pays de la région. Ce mémorandum d’entente a été signé par Mohamed El Kettani et Myriam Lahlou Filali, PDG de la société Pharma 5 – Côte d’Ivoire, et par Raymonde Goudou Coffie, ministre ivoirienne de la Santé.

4- Convention de partenariat en vue de la souscription aux titres publics émis par l’État ivoirien en 2017. Elle a été signée par Othman Benjelloun, PDG du Groupe BMCE Bank of Africa côté marocain, et par Adama Kone, ministre de l’Économie et des Finances, côté ivoirien.

5- Convention de partenariat relatif à la mise en place d’un programme de financement du réseau routier en Côte d’Ivoire. Elle a été signée par Mohamed Benchaaboun, PDG du Groupe Banque centrale populaire du Maroc et Adama Kone.

6- Convention de partenariat relatif au financement des PME dirigées par les femmes. Elle ambitionne la mise en place d’un plan de financement afin de permettre aux commerçants, artisans et entrepreneurs de disposer d’un ensemble de services financiers en vue d’assurer le développement de leurs activités. Cette convention a été signée par Mohamed Benchaaboun, et Souleymane Diarrasouba, ministre ivoirien du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME.

7- Convention-cadre portant sur un programme baptisé « Des compétences pour la compétitivité et l’employabilité ». Cette convention, qui vise notamment l’accompagnement de la Côte d’Ivoire pour la mise en place des mécanismes de production des répertoires emplois-métiers et des référentiels emplois-compétences, a été signée par Mohamed Slassi, coprésident de la commission « capital humain » du GIE maroco-ivoirien, et son homologue Aka Elete.

8 – Convention-cadre pour le développement de l’économie sociale et solidaire et de l’artisanat. Les commissions des deux pays ont élaboré une stratégie qui s’articule autour de six points. Il s’agit notamment de l’organisation d’un Salon de l’économie sociale et solidaire, le partage de l’expérience et de l’expertise de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), l’étude des cadres juridiques, réglementaires et institutionnels, la réalisation d’une étude d’opportunités pour lancer des incubateurs et accélérateurs des entreprises, la concrétisation de partenariats avec les champions nationaux marocains installés en Côte d’Ivoire, la mise en place d’un programme « Infitah Africain » afin de moderniser et digitaliser des TPE. Cette convention a été signée par Laila Miyara, coprésidente de la commission économie sociale et solidaire et de l’artisanat (GIE- Maroc) et son homologue ivoirien Kassoum Bamba.

9- Convention pour la création d’un Technocentre à Abidjan. Ayant pour objectif d’accroître la création et l’implantation d’entreprises innovantes dans le secteur des NTIC dans un cadre favorisant leur développement, cette convention a été signée du côté marocain par Aziz Dadane, coprésident de la commission « économie numérique » du GIE Maroc-Côte d’Ivoire, Lamiae Benmakhlouf, directrice générale de la Moroccan Information Technology Company (MITC), Saloua Karkri Belkeziz, présidente de la Fédération marocaine des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring. Elle a été signée du côté ivoirien par Patrick Mbengue, coprésident de la commission « économie numérique » du GIE Maroc-Côte d’Ivoire, également PDG de la société Inova, Jean Euloge Soro-Kipeya, directeur général de l’Agence nationale du service universel des télécommunications-TIC (ANSUT), et Akossi Noël Bendjo, président de la coordination des maires d’Abidjan.

10- Convention de joint-venture pour la mise en place d’un centre de traitement informatique. Elle a été signée par Aziz Dadane, président de la Société maghrébine de monétique S2M, et Patrick Mbengue.

11- Convention de partenariat pour la création d’une joint-venture entre les sociétés de logiciels et solutions informatiques Involys (Maroc) et Inova (Côte d’Ivoire). Elle a été signée par Mohamed Bachir Rachdi, PDG de la société Involys et Patrick Mbengue.

12- Mémorandum d’entente relatif à la modernisation et au maintien du parc de véhicules de transport routier de personnes et de marchandises. Ce mémorandum a été signé, par Abdelilah Hifdi, représentant l’Union africaine du transport et de la logistique (UATL), Ezzoubeir Errhaimini, de la Fédération du transport de la CGEM, et Mohamed Ben Ouda, directeur général de la Société nationale des transports et de la logistique (SNTL). Côté ivoirien, il a été signé par Abdramane Camara, pour le Haut conseil du patronat des entreprises de transport routier de Côte d’Ivoire, et Stéphane Eholie, coprésident de la commission « transport et logistique » du GIE Maroc-Côte d’Ivoire.

13- Accord de coopération dans le domaine de la logistique. Signé par Younes Tazi, directeur général de l’Agence marocaine de développement de la logistique, et Issoufou Sidibe, PDG de l’Office ivoirien des chargeurs, il a pour objectif de définir des actions concrètes et opérationnelles dans les domaines de développement des zones et plateformes logistiques, la modernisation de chaines logistiques et le développement des compétences et de la formation dans les métiers logistiques.

14- Mémorandum d’entente en vue de la coopération dans les domaines des transports publics de voyageurs et de la sécurité routière. Signé par Ezzoubeir Errhaimini, PDG de la CTM et Aissatou Cisse Sy, PDG de PENDIS, ce mémorandum vise à apporter l’assistance de CTM et son expertise pour la structuration d’une offre de transport public de voyageurs en répondant aux normes internationales. Il ambitionne également la formation en mode alterné, des conducteurs et du personnel de gestion, la mise en place d’un schéma directeur des gares routières qui intègre le « space planning », et le partage d’expérience pour atténuer l’impact de l’activité de transport sur l’environnement.

(Avec MAP)