Ilyas Elomari attaque la loi sur l'amazigh proposée par le gouvernement Benkirane

Pour le secrétaire général du parti du tracteur, le projet de loi organique sur l'amazigh proposé par le gouvernement Benkirane constitue"un retour en arrière".

Par

Ilyas El Omari © Yassine Toumi / TELQUEL

Ilyas Elomari a vertement critiqué le projet de loi organique relatif à la mise en oeuvre du caractère officiel de la langue amazighe. Il a qualifié le texte élaboré par le gouvernement sortant de « retour en arrière« , lors d’une journée d’étude organisée par le groupe parlementaire du PAM au parlement le 21 février, peut-on lire dans un communiqué du parti.

Pour le secrétaire général du parti au tracteur, le projet de loi organique « ne représente pas seulement un recul par rapport à la constitution de 2011, mais également par rapport au premier texte constitutionnel ». Elomari s’est ensuite adressé aux députés présents. « Vous permettrez-vous de laisser votre pays revenir en arrière?« , a-t-il interrogé. Le patron du PAM précise que son parti « sera la voix de ceux qui militent en dehors du parlement » sur la question amazighe.

Le coordinateur national des fédérations amazighes, Ahmed Arehmouch a pour sa part expliqué dans une déclaration relayée par le site d’information Hespress que le texte du projet de la loi organique considère les Amazighs comme « des étrangers ou des réfugiés dans leur propre pays ». « On dirait que le gouvernement a élaboré une loi pour une entité minoritaire« , a-t-il regretté.

L’officialisation de la langue amazighe est prévue par l’article 5 de la constitution de 2011. Le projet de loi organique, qui fixe les étapes de mise en œuvre du caractère officiel et les modalités de son intégration dans l’enseignement et dans les autres domaines de la vie publique, a été adopté le 26 septembre 2016 par le conseil des ministres à Tanger.

article suivant

Le prince héritier Moulay El Hassan décroche le baccalauréat avec mention très bien