Aziz Bouhaddouz : "Le roi serait venu au Gabon si nous avions battu l'Egypte"

Dans une interview accordée au site de son club, l'attaquant des Lions de l'Atlas est revenu sur l'ambiance au sein de l'équipe nationale durant la CAN 2017.

Par

Crédit WITTERS

Dans une interview accordée au site du FC St Pauli, où il évolue, et relayée par le site spécialisé Lionsdelatlas.net, l’attaquant international marocain Aziz Bouhadouz revient sur le parcours des Lions de l’Atlas lors de la Coupe d’Afrique des nations 2017. Une compétition pour laquelle le natif de Berkane a été sélectionné à la dernière minute, après les blessures qui ont décimé le secteur offensif de la sélection nationale. Malgré cette convocation tardive, le joueur s’est dit « honoré » d’avoir pu défendre les couleurs de son pays.

Mieux encore, alors qu’il ne « pensait pas être titulaire« , le joueur a trusté le onze de départ de Hervé Renard dès le début du tournoi. Une confiance qui a permis à l’attaquant de St Pauli (2e division allemande) de faire parler son sens du but en inscrivant le but égalisateur lors de la victoire de la sélection nationale face au Togo (3-1). Un succès fondateur, puisqu’il a ouvert la voie à la qualification des Lions de l’Atlas pour les quarts de finale de la compétition et a permis de restaurer le lien entre la sélection nationale et le public.

« On le méritait »

L’élimination des Lions de l’Atlas contre l’Égypte (1-0) semble avoir affecté l’équipe nationale bien au-delà du terrain, à en croire les propos de Bouhaddouz. « Les joueurs étaient déprimés et pendant plusieurs jours nous avons mal dormi. Nous voulions tellement nous qualifier pour la demi-finale. On le méritait« , regrette le joueur du St Pauli. La sélection était particulièrement motivée pour son quart de finale, car selon Bouhaddouz, « le roi serait venu au Gabon si nous avions battu l’Égypte ».

Après cette Coupe d’Afrique des nations plutôt réussie, le prochain objectif des Lions de l’Atlas est la qualification pour la prochaine Coupe du monde qui se tiendra en 2018 en Russie. Le Maroc est deuxième du groupe C des éliminatoires du Mondial 2018 dans la zone Afrique, avec deux points, soit deux unités de moins que le leader ivoirien. Les Lions de l’Atlas affrontent le Mali, lanterne rouge du groupe (1 point), lors d’une double confrontation prévue en août et en septembre prochain. La victoire est impérative pour l’équipe nationale si elle souhaite décrocher un ticket pour une compétition qu’elle n’a pas disputée depuis 1998.

 

 

article suivant

Patricia Buisson, spécialiste de la "politique de prix", en renfort chez Total Maroc

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.