Sefrioui veut reprofiler la dette obligataire de Ciments de l'Atlas

Le gendarme de la Bourse a visé la note d’information relative à l’émission par Cimat d’un emprunt obligataire de 2 milliards de dirhams. À travers cette opération, Cimat souhaite reprofiler l’encours de sa dette privée.

Par

Anas Sefrioui, PDG du groupe Addoha © Yassine Toumi/TELQUEL

La société Ciments de l’Atlas veut reprofiler sa dette obligataire. Le gendarme de la Bourse vient justement de viser la note d’information relative à l’émission par le cimentier d’un emprunt obligataire de 2 milliards de dirhams. « À travers cet emprunt obligataire envisagé, la société vise à opérer un reprofilage de l’encours de sa dette privée, à travers l’émission de nouvelles obligations réservées aux porteurs des obligations existantes« , explique la compagnie dirigée par Anas Sefrioui, dans la note d’information relative à cette émission obligataire, rendue publique le 19 janvier.

Dans le détail, l’opération s’étalera sur une période de cinq ans pour un montant nominal maximum de 2 milliards de dirhams. L’emprunt sera décliné en un nombre maximum de 20 000 obligations d’une valeur nominale de 100 000 dirhams. La période de souscription démarre le 30 janvier prochain et prend fin le 1er février. La radiation des obligations existantes cotées en cas de rachat total et l’annonce des résultats de l’opération de l’émission obligataire se feront le 8 février prochain.

Pour rappel, Cimat avait émis  en 2012 des obligations dans le cadre d’un emprunt d’un montant de 3 milliards de dirhams. La société explique par ailleurs qu’elle « procédera au remboursement du reliquat n’ayant pas fait objet de reprofilage et arrivant respectivement à échéance le 6 juillet 2017 et le 6 juillet 2019« . La société s’engage à constituer mensuellement, suite à la clôture de la période de souscription, une réserve destinée à couvrir le remboursement des obligations arrivant à échéance le 6 juillet 2017 et n’ayant pas fait l’objet d’un reprofilage couvrant un montant d’un milliard de dirhams.

Lire aussi: Anas Sefrioui tient le pari du désendettement d’Addoha