Les relations houleuses entre Hassan II et Kadhafi révélées par la CIA

La CIA a mis en ligne 13 millions de pages de documents déclassifiés datant de 1940 aux années 1990. Des centaines de milliers parlent du Maroc, et notamment de ses relations houleuses avec la Libye. Retour sur trois épisodes.

Par

Photo : DR

Les rapports entre Hassan II et le colonel Kadhafi, leader de la Libye pendant plus de 40 ans, ont souvent été tendus. Les documents de la CIA déclassifiés mis en ligne depuis le 18 janvier permettent de revenir sur la relation entre les deux hommes d’État en trois épisodes.

Épisode 1 – Khadhafi, une langue bien pendue

Le jeune colonel libyen n’a pas sa langue dans sa poche. En mars 1973, un télétexte raconte qu’il a affronté verbalement Hassan II, de treize ans son aîné, « avant ou pendant un discours devant un congrès général« . « Ces attaques personnelles indiquent que les relations maroco-libyennes entrent probablement dans une nouvelle période de tension« , s’inquiète l’ambassade américaine de Rabat dans une note adressée au secrétariat d’État américain révélée par la CIA.

« Dans son discours, le colonel Kadhafi a qualifié les rois en général et les rois arabes en particulier de lunatiques. Il a cité le Maroc et la Jordanie en exemple : ‘Ceux qui sont maintenant des rois ou des princes couronnés sont des aliénés’« , détaille le message diplomatique. Des propos à placer dans le contexte panarabiste des années 1970 dans lequel se trouve le jeune « guide de la révolution ».

Mouammar Kadhafi reproche à l’époque au roi du Maroc d’avoir tenu un référendum sur l’union arabo-africaine dans son pays avant de faire volte-face deux ans plus tard sans consulter le peuple. « C’est de la folie », affirme à l’époque le colonel libyen. « Il aurait été raisonnable de demander l’opinion de son peuple sur cette rupture. Je ne pense pas que cela puisse venir d’un esprit sain« , assène-t-il.

kadhafi hassanII

Ces propos, écrits noirs sur blancs, confirment le ton volontairement dédaigneux que pouvait avoir Kadhafi à l’égard de Hassan II. Un ancien diplomate libyen, Abderrahmane Chalgham, avait témoigné qu’il « était condescendant avec les jeunes dirigeants arabes et appelait Mohammed VI ‘mon fils’« .

Lire aussi : Kadhafi-Hassan II. Je t’aime, moi non plus !

Épisode 2 – Désaccord profond sur la question du Sahara

Le 27 février 1976, jour de la proclamation RASD par le Front Polisario, Kadhafi exprime son désaccord face à Hassan II dans une lettre virulente adressée au roi où il déclare « Si vous étiez en train de combattre des séparatistes dans votre royaume, nous aurions été avec vous. Si vous étiez en train de combattre des colonialistes dans le Sahara, nous aurions été avec vous. Mais pour combattre des gens qui disent non, nous ne pouvons pas être avec vous« . Il ajoute : « Je déclare devant l’histoire que je ne me serais pas opposé au Maroc si je n’étais pas persuadé que le peuple du Sahara, mené par le Front [Polisario, ndlr], ne n’opposait pas à rejoindre le Maroc« .

sahara kadhafi

« Je parle de faits alors que je ne suis pas opposé à ce que le Sahara rejoigne le Maroc ou la Mauritanie« , explique Kadhafi plus loin. Dans ce message récupéré par les services de renseignement américains, le colonel libyen assure tout de même qu’il souhaite garder de bonnes relations avec le Maroc, et que son but est de croire en « une unité arabe depuis l’océan Atlantique jusqu’au Golfe« .

Épisode 3 – Un rapprochement raté qui froisse les États-Unis

En 1984, alors que la guerre fait rage dans le sud du Maroc, Rabat décide de se rapprocher de Tripoli. À Oujda, le « guide de la révolution » et le roi signent un traité d’Union arabo-africaine. Cet accord arrive au moment où le Maroc est isolé, après l’alliance entre Tunis, Alger et Nouakchott. Le traité permet alors de s’assurer que la Libye va arrêter d’armer le Polisario. Pourtant, l’accord avait surpris et inquiété les États-Unis à l’époque.

Un document de la CIA revient alors sur une conversation musclée entre Hassan II et le sénateur américain Kasten à propos de cet accord lors d’une rencontre au palais de Fès le 13 décembre 1984. « La conversation a été franche et directe même si amicale« , est-il précisé dans le message. Les États-Unis font part de leur inquiétude sur l’impact de l’accord d’Oujda sur les intérêts américains.

De son côté, le roi a un regard très critique sur la politique américaine dans la région, et évoque un double jeu. « Après tout ce que j’ai fait pour les États-Unis – l’accord sur l’accès et le transit, l’extension des Volonteers of America, les exercices militaires et les visites de bateaux – quel traité, alliance, accord ou union les États-Unis m’ont-ils offert ?« . Il répond de lui-même : « rien« . « D’un côté, l’Amérique condamne Kadhafi et ceux qui font des affaires avec lui. De l’autre côté, l’Amérique a acheté son pétrole, plusieurs citoyens américains habitent et travaillent en Libye et une compagnie américaine dirige le récent projet d’irrigation souterraine à plusieurs milliards de dollars« , accuse Hassan II.

us hassan

Il poursuit alors son réquisitoire en exprimant sa « consternation » face à « l’obsession » américaine contre Kadhafi que le roi tente de dédiaboliser : « Kadhafi n’est pas responsable de tout le terrorisme du monde« . Hassan II explique vouloir « apprivoiser » le colonel libyen et demande alors aux États-Unis de lui faire confiance et de l’écouter, rapporte le câble diplomatique. « Pensez au futur, pensez plus largement« , argue Hassan II qui liste toutes les opportunités dans la Libye. « Kadhafi est un mortel« , mais pas le territoire libyen et ses opportunités, souligne-t-il.

De leur côté, les États-Unis ont exprimé plusieurs inquiétudes dans ce rapprochement. Le pays de l’Oncle Sam s’inquiète notamment du renvoi  de dissidents libyens vers leur pays d’origine par le Maroc et du nombre croissant de Libyens qui visitent ou s’installent au Maroc, surtout dans la région de Casablanca. À la fin de la séance, le sénateur Kasten demande au roi de « prendre sérieusement en compte leurs préoccupations et leurs doutes (ceux des États-Unis, ndlr)« .

L’accord entre les deux adversaires sera finalement un échec. En 1987, l’ancien chef d’État libyen aurait même planifié, avec l’aide de Sabri Al Banna, combattant palestinien connu sous le nom de « Abou Nidal », l’assassinat de Hassan II, selon Atif Abu Bakr, un ancien chef du département politique du mouvement palestinien Fatah-Conseil révolutionnaire.

13 millions de pages révélées

Un quart de siècle de documents confidentiels de la CIA, l’agence de renseignement américaine, ont été mis en ligne. Guerre du Vietnam, guerre de Corée, guerre froide, coup d’État au Chili. Autant d’affaires où les États-Unis ont été impliqués qui ressortent au grand jour grâce aux 930 000 documents datant de 1940 à 1990. Précédemment, ces documents déclassifiés n’étaient consultables que dans le Maryland, aux États-Unis. « L’accès à cette collection d’importance historique n’est plus limité par la géographie« , a déclaré Joseph Lambert, directeur de la gestion de l’information de la CIA, dans un communiqué de presse. « Nous avons travaillé sur ce sujet depuis très longtemps. Désormais, chacun pourra accéder à ces documents depuis sa propre maison« , a-t-il ajouté, faisant référence au moteur de recherche baptisé CREST, pour « CIA Records Search Tool ». « Rien n’a été sélectionné, tout est là, le bon comme le mauvais« , a confié la porte-parole de la CIA, Heather Fritz Horniak, à CNN. Pourtant, quelques passages de documents ont été expurgés afin de protéger des sources et méthodes.[/encadre]

article suivant

Nordin Amrabat pourrait donner son nom à une avenue à Nador

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.