Red carpet, cinéma coréen et "tagines et couscous" à l'ouverture du FIFM

Retour en images sur la cérémonie d'ouverture de la 16e édition du festival du film de Marrakech (FIFM) qui se tient du 02 au 10 décembre.

Par

JURY FIFM 2016 © Yassine Toumi/TELQUEL

Le coup d’envoi de la 16e édition du Festival international du film de Marrakech a été donné le 2 décembre au Palais des congrès de la ville ocre dans une ambiance festive mais ultra sécurisée. Pour cette soirée d’ouverture, les star du 7e art marocaines et françaises (essentiellement) ont bravé le froid et la pluie pour défiler sur le désormais traditionnel et tant convoité tapis rouge. Parmi les présents: l’habituée du festival, l’actrice égyptienne Yousra, le président de la fondation des musées Mehdi Qotbi, les réalisateurs Nourredine Lakhmari, ou Mohamed Achaour, le comédien Mohamed El Jem ou encore la comédienne française Elsa Zylberstein et bien d’autres. Avant la présentation des films en compétition et les membres du jury, un spectacle de danse contemporaine a été donné. La création était signée par le jeune chorégraphe Radouan Mriziga.Il nous gratifié d’une pièce conceptuelle jouant de la symétrique.

Une fois les présentations des neufs membres du jury passées, Béla Tarr président du jury et illustre réalisateur hongrois a livré un discours sans verbiages. Décontracté et à cœur ouvert, le réalisateur de « Le Tango de Satan » a parlé d’amour pour le cinéma et surtout de dignité humaine, une valeur toujours d’actualité dans le contexte marocain (et universel). Les membres du jury ont alors laissé place au réalisateur sud coréen  Kim Jee-woon qui présentait son film « The Age of Shadows » pour l’ouverture de cette 16e édition du festival. Au cours de son allocution, le réalisateur n’a pas hésité à faire une mention spéciale « aux tagines et couscous » qu’il « adore ». Décidément, la gastronomie marocaine vole, à tous les coups la vedette, au cinéma. Son film met en lumière la période trouble de l’occupation japonaise de la Corée (dans les années 1920) et la résistance clandestine mais bien ficelée des coréens face aux occupants nippons. Bien qu’on n’ait pas apprécié le côté hollywoodien de ce triller, le film a tout de même donné, un trait militant, à l’ouverture du festival.

JURY FIFM 2016 © Yassine Toumi/TELQUEL
© Yassine Toumi/TELQUEL

De gauche à droite : le réalisateur français Bruno Dumont, l’actrice franco-indienne Kalki Koechlin, l’actrice canadienne Suzanne Clément, le réalisateur hongrois Béla Tarr (président du jury), l’actrice marocaine Fatima Harandi dit Raouia, le réalisateur danois Bille August, l’acteur australien Jason Clarke, l’actrice italienne Jasmine Trinca et le réalisateur argentin Lisandro Alonso.

Youssra © Yassine Toumi/TELQUEL
© Yassine Toumi/TELQUEL

L’actrice égyptienne Youssra est une invitée habituelle du festival.

Abderrahim Tounsi "ABDERRAOUF" © Yassine Toumi/TELQUEL
© Yassine Toumi/TELQUEL

Pour cette 16e édition, un hommage sera rendu le 06 décembre au comédien et humoriste Aderrahim Tounsi alias Abderraouf

© Yassine Toumi
Yassine Toumi/ TELQUEL

Le réalisateur sud coréen Kim Jee-woon qui a présenté son film « The Age of Shadows » à l’ouverture du festival.

Sarim Fassi-Fihri © Yassine Toumi/TELQUEL
© Yassine Toumi/TELQUEL

Sarim Fassi Fihri, le très discret directeur du centre cinématographique marocain (CCM) s’est prêté au jeu du défilé sur tapis rouge.

© Yassine Toumi/TELQUEL
© Yassine Toumi/TELQUEL

La création du jeune et prometteur chorégraphe Radouan Mriziga.

article suivant

Casablanca : réouverture des écoles à partir du 5 octobre, et prolongation des mesures restrictives