À Marrakech, l'appli «Ville propre» permet de signaler les amoncellements d'ordures

En lançant l’application mobile « Ville propre », la société M3KOD souhaite sensibiliser les citoyens marocains et les villes du royaume, face à l’urgence de la gestion des déchets. Les créateurs misent sur la COP22 pour garantir le succès de leur projet.

Par

Les membres de la société M3KOD, à l'initiative de l'application "Ville propre"

Parallèlement à l’organisation de la COP22 à Marrakech, plusieurs projets citoyens en faveur de l’environnement ont émergé ces derniers mois.  La société M3KOD, à l’origine de l’application « Ville propre » est de ceux –là. Le principe ? Sur une application téléchargeable sur mobile, chaque citoyen peut photographier les déchets constatés en ville, et ainsi alerter les villes des produits ou résidus nuisibles, pour un nettoyage plus rapide et plus efficace des agents de propreté.

Un concept simple qui, promettent les développeurs, initie les citoyens marocains à l’idée du recyclage. « Sa particularité est de rendre citoyen responsable celui qui prend des déchets en photo », expliquent les créateurs du projet. Et de détailler : « L’application, en plus d’amener les citoyens vers une prise de conscience collective des enjeux du recyclage, récompense ces derniers pour leurs actions responsables par des cadeaux allant du plus symbolique (badges d’engagement) au matériel (recharges téléphoniques, produits des partenaires de l’application). »

Business model et champ d’action

« Concernant le business model, nous vendons deux types d’application Saas (Software As Service), sous forme d’abonnements annuels » explique Mouhsin Bour Qaiba, Co-fondateur de M3KOD. « La première est une application de gestion de déchets pour les communes urbaines, la deuxième est destinée aux sociétés de recyclage. »

La société, qui a investi plus de 300 000 dirhams dans le développement de cette application compte ainsi sur le soutien des communes et des sociétés spécialisées pour espérer rendre lucrative cette initiative. Depuis le mois d’octobre, soit quelques semaines avant le lancement de la COP22, la mairie de Marrakech a accepté de devenir partenaire. Mouhsin Bour Qaiba nous confie être en pourparler actuellement avec les villes de Casablanca et de Rabat et assure que des rendez-vous sont prévus avec les deux maires concernés « après la COP22 ».

Cette application, fruit de « huit longs mois de travail » selon Bour Qaiba, a été approuvée par le ministère de l’Environnement. Présents à la COP22 au stand de « My green africa », ses concepteurs assurent avoir rencontré plusieurs acteurs souhaitant« exporter l’application dans leurs pays. » Mouhsin Bour Qaiba souligne également avoir tapé dans l’oeil de grandes compagnies internationales comme Orange, Veolia ou FrenchCleantech, rencontrées lors de leur participation au BigBooster à Lyon, début novembre. Lors de ce concours international, l’application a connu un franc succès et a permis à ses concepteurs de se hisser jusqu’en demi-finale.

Quelques exemples d'incivilités dénoncées par les utilisateurs de "Ville Propre"
Quelques exemples d’incivilités dénoncées par les utilisateurs de l’application Ville Propre
article suivant

[VIDÉO] Ouadih Dada passe “Au Tablier !” avec TelQuel