Bank Al-Maghrib s'allie à la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest pour un meilleur contrôle

La banque centrale du Maroc et celle des États de l'Afrique de l'Ouest ont signé une nouvelle convention relative à la coopération en matière de contrôle bancaire, d’échange d’informations et de coopération générale.

Par

Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al Maghrib © Yassine Toumi

C’est une nouvelle convention qui vient d’être signée entre BAM (Bank Al-Maghrib) et la BCEAO (Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest). L’objectif est de renforcer la coopération entre les deux banques centrales en matière de contrôle bancaire, d’échange d’informations et de coopération générale. Cet accord a été acté le 3 novembre en conclusion à la réunion qui s’est tenue au siège de Bank Al-Maghrib à Rabat, entre Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib et Tiémoko Meyliet Kone, gouverneur de la BCEAO, en présence des équipes des deux institutions.

Lire aussi: Pourquoi Jouahri prévoit 1 % de croissance en 2016

Maîtrise du risque

Il faut dire que la volonté des deux instituts d’émission de verrouiller le contrôle de leur activité bancaire n’est pas sans intérêt. La présence africaine des banques marocaines comporte des risques. Dans un rapport publié par le FMI (Fonds monétaire international) en février 2015 sur l’expansion des banques panafricaines, l’institution internationale alerte le Maroc quant aux risques inhérents à l’expansion sur le continent. Et pour cause, les banques marocaines affichent une vulnérabilité au risque de concentration des crédits bancaires. Autrement dit, la forte exposition des établissements de crédit en Afrique pourrait donner lieu à une sous-capitalisation. Une manière de dire qu’il faut absolument tenir compte des risques qu’affiche chaque pays d’implantation. Le gouverneur de la Banque centrale affiche les mêmes craintes que celles du FMI. Pour Abdellatif Jouahri, l’expansion effrénée des banques marocaines sur le continent peut conduire à des risques systémiques. C’est d’ailleurs pour les sensibiliser à ce sujet, notamment sur les effets d’annonces d’implantation que le Wali de Bank Al-Maghrib avait tenu, en mai 2015, une réunion avec les patrons de BMCE Bank, Attijariwafa Bank et Banque Populaire. Pour le gouverneur, il vaut mieux renforcer les positions des banques dans les filiales africaines déjà existantes que de s’implanter dans d’autres pays subsahariens.

Lire aussi: Jouahri tance le gouvernement sur la croissance

article suivant

Sahara: “Pay no mind”