Mohammed VI poursuit sa tournée africaine en Tanzanie

Mohammed VI a quitté le Rwanda le 23 octobre, et poursuit sa tournée africaine en effectuant une visite officielle en Tanzanie.

Par

Flickr/ Paul Kagame

Au terme de sa visite officielle au Rwanda où il se trouvait depuis le 18 octobre, Mohammed VI poursuit sa tournée en Afrique de l’Est par une visite en Tanzanie. Le roi s’est envolé du Rwanda  en direction de Dar Essalam, la capitale économique du pays. Il est accompagné d’une délégation composée notamment de ses conseillers, Fouad Ali El Himma et Yassir Znagui, du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Salaheddine Mezouar, du ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, du ministre de l’Economie, Mohamed Boussaid, du ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, du ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Nasser Bourita, ainsi que de plusieurs personnalités civiles et militaires.

Lire aussi : Mohammed VI entame sa tournée en Afrique de l’Est par une visite au Rwanda

Cette tournée, la première dans la région pour Mohammed VI est à la fois une offensive diplomatique afin de préparer le retour du Maroc dans l’Organisation de l’union africaine, mais également l’occasion de décrocher des marchés pour les grandes entreprises du pays, dans une région où les échanges avec le Maroc sont encore marginaux.

Dans une déclaration à la presse tanzanienne, le ministre des Affaires étrangères tanzanien, Augustine Mahiga, a affirmé, le 23 octobre,  que la visite royale verra la signature d’une vingtaine d’accords bilatéraux portant sur différents secteurs comme « la sécurité, la finance, le développement du secteur bancaire, l’énergie ou encore l’éducation ». La prochaine étape de la tournée royale en Afrique de l’Est sera l’Ethiopie.

tanzanieFiche pays

ÉCONOMIE

Moins dynamique que le Rwanda et l’Éthiopie, la Tanzanie a tout de même enregistré 6,9 % de croissance en 2015. Le pays manque encore d’infrastructures, mais son industrie contribue néanmoins à 22 % du PIB. Le port de Dar Essalam est une ouverture sur l’océan Indien et profite de sa proximité avec le Kenya.

GOUVERNANCE

Le président John Pombe Magufuli est le bon élève de Paul Kagamé. Il a fait de la lutte contre la corruption sa priorité et se réclame ouvertement de l’expérience rwandaise, citée en exemple par les institutions internationales.

OPPORTUNITÉS POUR LE MAROC

La zone portuaire de Dar Essalam reste à développer, notamment par l’installation de zones franches. La présence de Mohamed Ben Ouda de la Société nationale du transport et de la logistique (SNTL) dans la délégation n’est pas fortuite. Avec ses grands lacs, sa savane et ses îles tournées vers l’Orient, les opportunités dans le domaine du tourisme sont nombreuses. À ce titre, Abderrafie Zouiten, directeur général de l’ONMT, est de la partie. Par ailleurs, la présence d’Ahmed Toufiq, ministre des Habous, laisse penser que la Fondation Mohammed VI des ouléma africains pourrait aussi s’exporter à l’Est, dans un pays dont le tiers de la population est musulmane.[/encadre]
 

article suivant

Expo 2020 Dubaï : le Maroc annonce les grandes lignes de sa programmation