COP22: Comment s'organise le pôle de la société civile ?

Le pôle de la société civile de la COP22 s’attelle à l'organisation des préCOP régionales avec les collectivités locales, la COY la Conférence des jeunes qui précède la COP, mais aussi des tournées en Afrique.

Par

Driss El Yazami Crédit: Photo : Yassine Toumi

A deux mois de la tenue de la COP22 à Marrakech, les différents pôles constituant le comité de pilotage de l’événement se mobilisent, à l’instar du pôle de la société civile. Ce pôle, dirigé par Driss Yazami, également président du Conseil national des droits de l’homme (CNDH), est chargé des relations avec les collectivités locales, les associations et les ONG.

Avec la présidence marocaine de la COP qui débute à partir du 7 novembre et qui dure une année, le chef du pôle de la société civile explique que « cette période doit être utilisée pour réaliser les objectifs stratégiques ». Il s’agit, selon lui, de « contribuer à amplifier la prise de conscience de la société marocaine sur les enjeux environnementaux » mais aussi « agir pour territorialiser l’action pour l’environnement, notamment avec les nouveaux conseils régionaux« .

Organiser des PréCOP et la COY

Il s’agit concrètement d’élaborer dans les prochains mois avant et après Marrakech « 12 plans d’action régionaux pour le climat » mais aussi « organiser des préCOP régionales » c’est-à-dire des réunions au niveau des régions administratives qui réunissent le conseil régional, les services décentralisés de l’Etat, les associations, les universités et les secteurs privés.

Le pôle de la société civile accompagne également « les regroupements des acteurs de la société civile marocaine« , comme par exemple le coalition marocaine de la Justice climatique ou « les jeunes qui préparent la COY ( Conference of Youth) », la rencontre des jeunes qui précède depuis 12 ans la tenue de la COP. La COY marocaine aura lieu du 4 au 6 novembre. Quelque 2 000 jeunes du monde entier sont attendus au Maroc, selon le président du CNDH.

Renforcer la présence la société civile africaine à l’international

Le continent africain sera également au cœur des diverses initiatives prises à travers le village COP22, notamment en ce qui concerne la société civile.

« La société civile internationale a joué un rôle important dans le processus qui a conduit à la conclusion de l’accord de Paris. Mais on remarque que la société civile africaine est peu présente dans ces réseaux internationaux, d’où l’idée de renforcer son positionnement international », indique Driss Yazami.

Cela passe par la facilitation des contacts entre les réseaux de la société civile, qui sont accrédités par la CCNUCC, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et les acteurs de la société civile africaine.

« Une tournée a été organisée dans ce cadre dans  14 pays africains dans un premier temps. Une nouvelle tournée est prévue dans six autres pays africains« . Si le chef du pôle de la société civile n’exclut pas d’aller dans d’autres pays africains d’ici le 7 novembre, il évoque toutefois la difficulté de trouver des contacts de la société civile dans ces pays. « On veut aller partout mais c’est selon les contacts que nous avons« , nous explique Driss Yazami, avant de poursuivre : « Pour avoir des contacts, nous avons utilisé par exemple le réseau des institutions africaines des droits de l’Homme d’Afrique, qui sont des organisations similaires au CNDH, mais aussi les contacts que nous avons eu auprès d la Fondation George Soros en Afrique et du réseau panafricain des ONG de l’Environnement », détaille t-il.

Préparation d’une zone verte dédiée à la société civile

Autre action en préparation selon le président du pôle société civile du comité d’organisation de la COP22, « la préparation et l’organisation de la zone verte » dédiée à la société civile à Marrakech. Cette zone, établie sur 10 000 m², est organisée autour des thématiques « Université et recherches, genre (femme et climat), jeune, culture et territoire (collectivités, municipalités, conseils régionaux etc) » indique Driss Yazami.

Rappelons que dans le cadre des préparatifs de la prochaine COP, la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission économique pour l’Afrique (CEA) ont tenu le 31 août à Rabat en partenariat avec le Comité de pilotage de la COP22, une réunion à l’intention des ambassadeurs africains basés au Maroc. L’objectif de cette rencontre était de présenter les enjeux de la COP22 pour l’Afrique, préparer la participation des pays et soutenir les efforts en cours pour une participation coordonnée du continent à cet événement mondial.