Sahara : Ban Ki-moon « inquiété » par les évolutions à Gargarate

Pour l’ONU, la proximité entre les forces marocaines et les soldats du Polisario constitue une source d’« inquiétude ».

Par

Poste frontalier de Bir Gandouz situé dans la région de Gargarate. Crédit: DR
Crédit: DR

L’ONU sort de son silence. Près de deux semaines après les « opérations d’assainissement » effectuées par des services de sécurité marocains et des représentants de la douane marocaine dans la région de Gargarate, le secrétariat général de l’ONU réagit à travers un communiqué publié le 28 août dans lequel il fait part de « sa profonde inquiétude » concernant la « situation tendue » et « les récents développements » ayant eu lieu dans la zone située « au sud-ouest du mur marocain ». Des récents développements qui ont « affecté le statu quo » selon l’ONU.

Le secrétariat général s’inquiète également de la « proximité » entre les troupes marocaines et les soldats du Polisario dans cette zone. Ban Ki-moon appelle les deux parties à « à suspendre toute action altérant le statu quo ». Le Sud-coréen appelle également le Maroc et le Polisario à retirer « tous leurs éléments armés afin d’éviter toute escalade ».

Dans un communiqué datant du 16 août, la wilaya de Dakhla-Oued Eddahab annonçait que des services de sécurité -sans préciser lesquels- et la douane ont mené, depuis le 14 août, des « opérations d’assainissement » ayant permis « de mettre fin aux activités de contrebande et de commerce illicite ». Une semaine plus tard, le 23 août, la wilaya a annoncé le lancement d’une opération d’asphaltage d’un axe routier long de 3,8 kilomètres dans la région de Gargarate. Une opération qui a pour but « de renforcer le réseau routier, de répondre aux aspirations des personnes œuvrant dans le secteur du commerce et de mettre fin aux activités de contrebande et de commerce illicite dans cette zone ».

Pour sa part, le Polisario a affirmé dans un communiqué relayé le 28 août par l’Agence de presse algérienne APS, que les actions marocaines représentent « un défi flagrant à la légitimité internationale ». L’évolution de la situation dans la zone de Gargarate a fait l’objet d’une réunion du Conseil de sécurité le 26 août. À l’issue de celle-ci, le représentant de la Malaisie avait déclaré que « le Conseil de sécurité poursuit ses consultations sur le retour à la fonctionnalité de la Minurso et sur les opérations en cours à Guergarate » selon le site d’information Medias24.

article suivant

Horst Kohler en tournée dans la région à partir du 23 juin

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.