Pourquoi, après 17 années, la pub de Boundif est-elle toujours diffusée?

Pourquoi, après 17 années, la pub de Boundif est-elle toujours diffusée ?

Le 11 juillet, Plages Propres a ouvert sa dix-septième saison. Lancée en 1999 par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, cette campagne vise à lutter contre les comportements qui dégradent la beauté et la propreté des plages.

Par

Boun’dif, c’est la pub qui marquait les prémices d’une écologie audiovisuelle. « Boundif », « Moundif », « Mnidif », « Mnidifa » : cette famille agrémente depuis de longues années la saison estivale des Marocains et les incite à devenir plus exigeants quant à la qualité des eaux de baignade et à la propreté des plages. L’accumulation des déchets plastiques sur les plages,  l’abandon des ordures : l’objectif qui consiste à mettre à la disposition de tous, partout au Maroc, des plages propres et sûres, était plus que jamais nécessaire.

 

Cette campagne a servi à lier l’intérêt croissant pour l’environnement à prise de conscience des conséquences des mauvais comportement qui représentent une altération de l’esthétique de la plage. Seulement, il est à remarquer que le spot publicitaire télévisé de la campagne diffusé en masse sur des chaînes nationales, a conservé un certain état de grâce malgré son lancement avant dix-sept ans.

Le publicitaire Noureddine Ayouch nous explique la philosophie derrière cette longévité : « C’est une démarche volontaire. Il y a des publicités, selon leur importance, qui restent figées pour de longues années et renversent la vision habituelle des choses. Cela est dû à leur visibilité créative. Concernant Boundif, l’approche basée sur les dessins animés, afin que le message soit destiné à un large public, a donné ses fruits. On a capitalisé sur l’impact car c’est ce qui plaît aux gens. »

Si le spot ne sort pas du canevas traditionnel de 30 secondes, il a, en revanche, séduit les esprits. « Un spot, ça ne change pas, on l’a gardé parce qu’il est la mascotte de la fondation (…) Quand on voit un enfant qui répète toujours la chanson de Boundif, c’est un acquis pour nous » nous explique en anonymat un responsable de la Fondation Lalla Hasna pour la protection de l’environnement. Boundif a été diffusé via d’autres supports : bandes dessinées, affiches, panneaux rotatifs à lamelles, spots radio, ou encore jeux interactifs.

article suivant

Nominations, accords, service militaire... Le long compte-rendu du Conseil des ministres

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.