La filiale de participation de Masen augmente son capital

Masen Capital, la filiale de participation de Masen (Moroccan agency for sustainable energy) relève son capital à 30 millions de dirhams.

Par

La filiale de participation de Masen (Moroccan agency for sustainable energy) renforce son capital. Masen capital a relevé ainsi son capital de 29 millions de dirhams pour le porter d’un million à 30 millions de dirhams. Cette opération a été décidée suite à l’Assemblée générale extraordinaire du 28 novembre 2015, mais n’a été entérinée légalement que le 28 juillet 2016. Cette recapitalisation donne au bras d’investissement de Masen les moyens d’assurer les nouvelles missions que cette dernière a récupérées dans le cadre de la reconfiguration du secteur des énergies renouvelables.

Rappelons que c’est via Masen Capital, que Masen dispose, entre autres, d’une participation de 25% dans Noor I et Noor II. Aussi, la filiale de Masen a acquis en juillet 2015 50% du capital de Alsonel. Cette société est née d’un partenariat entre le Masen avec le groupe français Alcen et le Commissariat à l’énergie atomique. Alsolen a pour objectif de développer des stations Fresnel pour la production d’énergie solaire moyenne et haute tension.

Lire aussi :L’Agence marocaine de l’énergie solaire investit 30 millions d’euros dans une entreprise française

La reconfiguration actée

L’Agence dirigée par Mustapha Bakkoury qui, jusque-là, avait pour seule mission le développement de l’énergie solaire, a vu ses attributions s’élargir en juin dernier à d’autres types d’énergies renouvelables, comme l’éolien ou l’hydraulique. Pour acter ce grand changement, le gouvernement a adopté le 24 juin dernier, trois projets de loi qui concrétisent l’extension du champ d’action de l’Agence à l’ensemble des ressources des énergies renouvelables. Cette nouvelle reconfiguration n’a pas été sans effet sur l’ONEE (Office national de l’électricité et de l’eau potable) et l’ADEREE (Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique) qui opéraient également dans ce secteur. Concrètement, l’Office doit transférer tous ces outils de production dédiés aux énergies renouvelables au nouveau Masen. Idem pour l’ADEREE qui, désormais, ne se chargera que du volet de l’efficacité énergétique. Il faut noter que ces trois textes de loi viennent concrétiser la volonté royale de développer le secteur des énergies renouvelables.

Lire aussi : Énergies renouvelables: Nouveaux organes, nouvelles missions

article suivant

Élection des membres de la Chambre des Conseillers : le dépôt des candidatures du 24 au 27 septembre