Le phénomène Pokémon Go s'empare du Maroc

crédit - capture d'écran youtube

Voilà maintenant 20 ans que la franchise Pokémon débutait avec la sortie des cartouches rouges et vertes (le 27 février 1996) sur Nintendo. La firme japonaise a sorti un nouveau jeu, baptisé « Pokémon GO », qui a déchaîné les passions.

Le jeu est en réalité augmenté pour smartphone, plus précisément pour Android (Samsung) et IOS (Apple). Il est maintenant possible pour les apprentis dresseurs d’attraper sur leurs smartphones les animaux fantastiques qui ont traversé plusieurs générations depuis 1996. Avec l’appareil photo du terminal et le système de géolocalisation, les joueurs pourront faire évoluer leur personnage partout où ils vont, en attrapant les Pokémons qui apparaissent sur leur chemin. Tout l’univers Pokémon vient donc s’installer dans la vie de tous les jours, avec des points de ravitaillement et des arènes dispatchées un peu partout.

Des cas insolites

Gagnant petit à petit les différentes parties du globe, l’application a aussi entraîné quelques phénomènes pour le moins insolites. De notre côté au Maroc, où l’application n’est pas encore disponible mais piratable, de nombreuses personnes ont d’ores et déjà joué à Pokémon Go, et de ce fait, plusieurs tweets ont circulé sur la toile, ironisant sur les dégâts que pourrait causer une utilisation abusive du jeu, à savoir par exemple des accidents de voiture ; d’autres ont trouvé des endroits peu appropriés à la traque de Pokémons, comme des bouches d’égout.

Beaucoup plus loin, à Darwin dans le nord de l’Australie, les policiers ont vu débarquer mercredi 6 juin dans leur commissariat plusieurs « dresseurs Pokémons » à la recherche de pokéballs, le commissariat apparaissant sur la carte comme un point de ravitaillement. Les forces de l’ordre ont répondu avec humour via une publication Facebook : « À tous les dresseurs Pokémon en herbe utilisant Pokémon Go : Bien que le commissariat de police de Darwin abrite un Pokéstop, sachez que vous n’avez en fait pas besoin d’y entrer pour acquérir des PokéBalls. »  Avant d’ajouter : « Il est également conseillé de regarder devant soi, de lâcher votre écran, et de regarder de chaque côté avant de traverser la rue. Ce Sabelette ne va pas disparaître, précise le message. Faites attention à vous et attrapez-les tous ! »

Un coup de pouce à Nintendo

La sortie de ce nouveau jeu a permis à l’action Nintendo de s’envoler vendredi 8 juillet à la bourse de Tokyo, avec un titre qui a pris jusqu’à 11,6% à 16,670 yens (1,621 dirhams) dans la matinée et qui gagnait encore 9% en début d’après-midi, selon l’AFP. L’application s’est alors tout de suite placée en tête du classement des téléchargements sur l’Apple Store, ce qui réjouirait la firme nippone, qui n’avait pas été au mieux de sa forme ces derniers temps, de par son retard à côté de Sony et Microsoft. Le groupe Nintendo a d’ailleurs décidé l’an dernier de travailler sur les jeux smartphones, sans pour autant mettre à mal les jeux consoles.

article suivant

Détection par l'iris, respect des données personnelles, droit de regard: comprendre le débat sur le registre social unifié