Attijariwafa Bank lorgne désormais sur l'Afrique anglophone

Attijariwafa Bank lorgne désormais sur l'Afrique anglophone

Attijariwafa veut partir à la conquête des marchés nigérian, éthiopien, ghanéen, mais aussi kényan et égyptien.

Par

Attijariwafa Bank
Attijariwafa, plus grosse banque du Maroc. Crédit : Yassine Toumi

Le groupe Attijariwafa Bank poursuit son expansion en Afrique. Après l’Afrique francophone, le groupe bancaire marocain a fait part ses ambitions de conquérir l’Afrique anglophone. «Après avoir clôturé la première phase de notre plan de développement, qui nous a permis de compléter notre présence dans l’ensemble des zones UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine) et CEMAC ( Communauté économique et monétaire des États de l’Afrique centrale), nous abordons à présent la seconde étape, qui vise des implantations en Afrique anglophone», a affirmé le P-DG du groupe Mohamed El Kettani, dans un entretien publié par l’hebdomadaire Jeune Afrique dans son édition du 29 mai au 4 juin. Le Nigéria, l’Ethiopie, le Ghana, le Kenya et l’Égypte sont, entre autres, dans le viseur du groupe marocain.

Le patron du groupe bancaire a également indiqué que «les filiales africaines d’Attijariwafa bank» augmentent leurs contributions à la performance du groupe d’année en année. Il assure que «cette tendance est amenée à se poursuivre» compte tenu de la forte croissance organique des activités bancaires du groupe dans la région, mais aussi «grâce à l’enrichissement continu de son offre produits et le déploiement de nouveaux métiers (assurance, financements spécialisés, cash management…)»

Mais, si El Kettani reconnait toutefois que le marché boursier en Afrique subsaharienne ne parvient pas encore à jouer un rôle actif dans la mobilisation de l’épargne et le financement de l’économie, il envisage tout de même d’introduire sa filiale ivoirienne à la Bourse régionale des valeurs mobilières en y cédant 15% du capital de la Société ivoirienne de banque. Il plaide néanmoins pour «des réformes structurelles visant la modernisation du fonctionnement du marché et la mise en œuvre de dispositifs incitatifs pour l’épargne populaire».

article suivant

Les logorrhées d'El Othmani à Marrakech

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.