Comment Mustapha El Khalfi compte former 5 000 jeunes pour défendre le Sahara

Le ministre de la Communication explique dans cet entretien le programme visant à former plus de 5 000 web-activistes chargés de défendre la marocanité du Sahara sur le Web.

Par

Mustapha El Khalfi
Mustapha El Khalfi. Photo : MAP

Le Maroc s’apprête à former 5 000 futurs “patriotes électroniques”, qui auront pour mission de défendre la marocanité du Sahara sur Internet. Annoncé fin février par le ministère de la communication, le lancement de l’initiative est imminent. Mustapha El Khalfi confie à Telquel.ma les contours de cette nouvelle stratégie, dont le premier noyau de web-activistes est issu des jeunesses des partis politiques.

Telquel.ma : Pourquoi le Maroc exprime-t-il le besoin de former de jeunes web-activistes à la défense du Sahara ? S’agit-t-il d’un projet collectif impliquant d’autres départements ministériels ou établissements étatiques ? 

Mustapha El Khalfi : Le programme de formation des jeunes aux techniques du plaidoyer numérique pour défendre la cause nationale est une réponse aux attentes exprimées par les instances des jeunesses, car plusieurs contrevérités sont véhiculées autour de la marocanité du Sahara. Il s’agit ainsi d’un programme ambitieux qui vise à former 5 000 jeunes. Un partenariat a été conclu dans ce sens entre le ministère de la Communication et l’Instance nationale de la jeunesse et de la démocratie en février. Ce projet est chapeauté par les jeunesses partisanes et la société civile, alors que l’administration se propose uniquement de leur apporter l’appui logistique nécessaire. Il est également ouvert aux centres de recherche, au domaine académique et à l’ensemble des acteurs de la société civile. Ce programme comprend également une formation active et participative, car les jeunes marocains d’origine sahraouie qui bénéficieront de la formation seront appelés à y contribuer par leur savoir et connaissances en la matière.

Quelle est l’enveloppe budgétaire allouée à ce programme ?

L’essentiel du budget sera consacré à la logistique, au moment où la partie didactique et pédagogique sera assurée en collaboration avec les partenaires. Pour ce qui est du budget exact, une commission est en train d’en finaliser les détails.

En quoi consiste concrètement cette formation ? Les jeunes formés seront-ils équipés en outils techniques et informatiques ?

Ce ne sont pas les outils technologiques qui manquent. Le but est de leur fournir les informations et données relatives au conflit sur le Sahara marocain ; ainsi que sur le développement de la région. D’autre part, les participants bénéficieront d’une formation sur les techniques du plaidoyer d’après les méthodes modernes et sur l’usage des technologies numériques de communication. Les jeunes marocains qui sont présents et font entendre leur voix dans les manifestations internationales pour défendre la première cause nationale, trouveront dans cette formation les outils de communication et les informations nécessaires pour renforcer leur action et affronter tous ceux qui agissent contre l’intégrité territoriale du Maroc ou s’opposent à la marocanité du Sahara. Cette formation permettra aux jeunes de mieux maîtriser les dimensions historiques, économiques, sociales, culturelles, juridiques, diplomatiques et démographiques du Sahara, avec des données concrètes, des statistiques et des faits à l’appui. Une fois initiés à ces dimensions, les jeunes pourront également contribuer à mieux faire connaître la réalité au Sahara marocain et les contours du conflit autour de la marocanité du Sahara.

Quels sont les critères de choix établis pour sélectionner les jeunes qui participeront à ce programme ?

Le programme vise principalement les jeunes âgés de 20 à 40 ans [sic], relevant des jeunesses partisanes, des Marocains résidant à l’étranger ainsi que de personnes issues de la société civile. Par ailleurs, les critères de sélection se rapporteront au niveau scolaire, à la maîtrise des langues, des connaissances en matière théorique et technique, les contributions déjà réalisées et l’habilité du bénéficiaire potentiel à atteindre les objectifs du programme. Suite à quoi, les candidatures seront examinées et les candidats retenus seront convoqués pour bénéficier de la formation.

Que gagneront les jeunes qui contribueront à ce programme ? Seront-ils rétribués ?

Aucune rétribution n’est prévue en contrepartie de la participation à ce programme, ce n’est nullement la philosophie de ce projet citoyen et ambitieux. Toutefois, afin d’encourager les jeunes, il y aura des prix d’excellence qui seront réservés aux bénéficiaires de la formation qui se distingueront par leur créativité et par leurs projets.

Une fois formés, les jeunes plaideurs numériques de la marocanité du Sahara seront encadrés et évalués, de quelle manière et par quelles instances ?

On ne peut pas parler d’encadrement, car il s’agit uniquement d’une offre de formation pilotée par les jeunes eux-mêmes. L’administration n’assure que l’accompagnement. Par ailleurs, le seul engagement demandé aux participants, c’est l’assiduité et la participation active à la formation.

Propos recueillis par Majd El Arabi

article suivant

L’histoire du Maghreb vus par Laroui