Le Festival international des blogueuses sera finalement sans Loubna Abidar

Loubna Abidar ne participera finalement pas au premier Festival international de blogueuses de Casablanca. Explications.

Par

Crédits : Thomas Savage / TelQuel

Loubna Abidar ne sera pas la marraine du premier Festival international des blogueuses qui se tiendra à Casablanca du 27 au 29 mai, car sa venue ne faisait pas l’unanimité au sein de l’organisation. Depuis la publication d’un article de Telquel.ma, le site du Festival affiche un encart sur la page de ses invités people : « Suite a (sic, ndlr) certaines rumeurs, l’équipe d’organisation du FIB2016 vous informe que l’actrice Loubna Abidar n’est pas prévue dans la programmation du festival ». Bien plus qu’une rumeur, la société VIP organisatrice de l’événement confirmait une nouvelle fois à Telquel.ma que Loubna Abidar était bel et bien invitée à être la marraine de l’événement, et qu’elle avait confirmé sa présence. La principale intéressée s’en réjouissait d’ailleurs sur sa page Facebook, et Laurent Amar – blogueur mondain qui a opéré le rapprochement entre l’actrice et VIP – nous redisait tout son soutien au combat de Loubna Abidar.

Or, dans la foulée, la partie marocaine de l’organisation du Festival (Social Media Events et MCCG Marrakech) a publié un « démenti officiel » adressé à la presse marocaine précisant que «cette actrice n’est pas invité (re-sic, ndlr) et ne participera pas au FIB 2016», contredisant ainsi la partie française de l’organisation (VIP). Après avoir pris connaissance du démenti, Loubna Abidar nous informe qu’elle a décidé de ne plus participer à l’événement. «Je n’ai même plus envie de venir, ils ne sont pas professionnels», confie-t-elle à Telquel.ma. «Je me faisais une joie de revenir pour représenter la beauté orientale, mais dans ces conditions ce n’est pas possible d’associer mon image à ces gens-là». Du côté de l’organisation marocaine, on nous confiait d’ailleurs le 27 avril : « On ne voit pas ce que Loubna Abidar pourrait nous apporter en matière d’image. Elle nous causerait au contraire des problèmes. »