Le mouvement féministe conteste le projet de loi pour l’instance de la parité

Plusieurs associations ont exprimé leur désaccord avec le projet de loi proposé par Bassima Hakkaoui.

Par

Bassima Hakkaoui, ministre de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social Crédits Photos : Rachid Tniouni

Le torchon brûle entre les associations féministes et Bassima Hakkaoui. Le projet de loi 79.14 prévoyant la création d’une instance de la parité proposée par la ministère de la Solidarité et de la femme, et adopté en Conseil du gouvernent le 19 mars dernier est contesté par plusieurs membres du mouvement féministe marocain.

Lire aussi : L’instance sur la parité enfin approuvée par le gouvernement

Parmi elles, la Fédération de la défense des Droits de la femme et l’Alliance Civile pour l’application de l’article 19, un groupement de 650 associations. Ces deux entités ont exprimé, dans un communiqué publié le 20 avril, “leur colère et inquiétude” concernant ce projet de loi qui, selon elles, est  “contraire aux dispositions de la Constitution de 2011”. La Fédération de la défense des Droits de la femme et l’Alliance Civile réclament, pour leur part, la création “d’une instance indépendante pour la parité avec des prérogatives quasi-judiciaires”.

Son de cloche similaire chez le Mouvement pour la démocratie paritaire (MDP), un groupement de 1000 associations féministes, de développement et des coopératives, qui avait exprimé, dans un communiqué datant du 7 avril, son « désaccord avec l’approche » adoptée par le ministère de Bassima El Hakkaoui. Le MDP réclame aussi la création d’une « instance indépendante pour la parité avec des prérogatives quasi-judiciaires » ainsi que l’inclusion, dans cette loi d’un préambule exprimant « l’attachement au référentiel international et les conventions [relatives à la parité homme-femme, ndlr] signées par le Maroc. »

L’instance d’une création d’une instance pour la parité est prévue par l’article 19 de la Constitution qui dispose que « l’État marocain œuvre à la réalisation de la parité entre les hommes et les femmes » et prévoit la création d’une « autorité pour la parité et la lutte contre toutes formes de discrimination. »

 

 

article suivant

Témoin d'un réchauffement avec la Mauritanie, Hamid Chabar rencontre le président Ould Abdelaziz   

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.