Addoha. La dette recule mais…

Comme prévu dans son Plan Génération Cash, entamé en 2015, le groupe Addoha réussit à résorber significativement sa dette, mais cela ne se fait pas sans conséquences sur ses indicateurs. La société affiche des bénéfices en retrait de 15,7%.

Par

L’effort de désendettement entamé par le groupe Addoha en 2015 donne déjà ses fruits. La dette nette recule de 19,5% pour ressortir à 7,5 milliards de dirhams. Grosso modo, la société immobilière est parvenue a réduire sa dette de 1,8 milliard en une seule année. Grâce à cet effort de désendettement, Addoha est en avance sur son Plan Génération Cach (PGC) puisqu’elle réalise 151% de l’objectif assigné par cette stratégie. Le groupe immobilier a également respecté ses engagement quant à une collecte du cash significative. En 2015, le cash collecté sur les préventes et les créances clients par Addoha ressort à 10 milliards de dirhams. Cette coquette somme correspond à 107% de l’objectif PGC. Pour rappel, le groupe immobilier ambitionne de réduire son endettement net à 4,5 milliards de dirhams d’ici 2017.

Une profitabilité en baisse

Mais il faut dire que si l’embellie du niveau du cash impacte favorablement la situation bilancielle du groupe dirigé par Anas Sefrioui, elle n’est pas sans conséquences sur la profitabilité de la société. Les bénéfices consolidés d’Addoha baissent de 15,7% par rapport à 2014. Ils ressortent à 852,6 millions de dirhams, décevant ainsi les analystes qui tablaient sur, au moins, 1 milliard de dirhams de bénéfices au titre de 2015. Mais en dépit d’une profitabilité qui baisse, les actionnaires, eux, restent choyés. Le Conseil d’administration du groupe a décidé de proposer à la prochaine Assemblé générale ordinaire, la distribution d’un dividende par action de 2,25 dirhams contre 2 dirhams en 2014.

Une nouvelle politique commerciale

Le Groupe annonce également la vente d’une partie des stocks de produits finis atteignant 6 182 unités sur des ventes totales de 17 283,1 unités. Ces réalisations ont été atteintes grâce à la politique commerciale implémentée à la suite du Plan et qui a pour leitmotiv de ne lancer une nouvelle tranche qu’une fois la commercialisation de la tranche précédente finalisée. Ce qui ne se faisait pas avant le lancement du PGC. Dans ce contexte, les revenus consolidés du groupe enregistrent une légère hausse de 1% à 7,1 milliards de dirhams.

Lire aussi: Anas Sefroui: « Il est hors de question de vendre notre foncier »

article suivant

OCP : résultat d'exploitation en très forte hausse au premier semestre