Le Maroc nie avoir été mis au courant par Paris du retour d'un Français radicalisé

Le cas du Français radicalisé ayant été intercepté au Maroc, après avoir pris l’avion à Nantes, fait débat : le Maroc nie avoir été mis au courant par Paris.

Par

Photo de Manuel Broustail, l'individu arrêté à l'aéroport de Fès.

Contrairement à ce qu’avancent les autorités françaises, les services de sécurité marocains ont nié avoir été informés par Paris du retour au royaume d’un Français radicalisé, nous apprend l’AFP. Manuel Broustail a été arrêté dimanche 6 mars à l’aéroport de Fès, après avoir pris l’avion depuis Nantes, en possession de couteau et d’une bonbonne de gaz. Cette erreur avait été largement commentée par la presse française et marocaine.

Accusées de laxisme, les autorités françaises avaient affirmé, mercredi 9 mars, avoir signalé  l’individu à leurs homologues marocains. Mais les services sécuritaires marocains ont nié avoir reçu une telle information : «  Les services de sécurité marocains n’ont pas été avisés par leurs homologues français au sujet d’un ressortissant français radicalisé, appréhendé à son arrivée récemment à l’aéroport de Fès-Saiss.  »

Manuel Broustail avait été interpellé en novembre à Angers, après les attentats de Paris, puis assigné à résidence, jusqu’à la mi-février. Il est présenté comme un ex-militaire, converti à l’Islam et radicalisé, mais «  rien n’interdisait son départ du territoire français  », souligne la même source.

article suivant

La France championne du monde pour la 2e fois de son histoire

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.