Un français assigné à résidence après les attentats de Paris interpellé à Fès

Photo de Manuel Broustail, l'individu arrêté à l'aéroport de Fès.

Manuel Broustail, un ancien militaire converti à l’islam, a pris un avion à Nantes en direction du Maroc, avec plusieurs armes blanches en soute.

Selon  l’AFP, l’homme – qui avait été interpellé le 19 novembre à Angers et assigné à résidence dans le cadre de l’état d’urgence – a été arrêté le 6 mars par les autorités marocaines lors de son arrivée à l’aéroport de Fès, après avoir pris un vol Ryanair à Nantes. Manuel Broustail avait réussi à placer des armes blanches, une matraque et une bonbonne de gaz dans ses bagages en soute, en plus d’une cagoule noire. Ce trentenaire avait été libéré de son assignation à résidence une quinzaine de jours avant son voyage au Maroc, ce qui expliquerait pourquoi il a pu monter sans problèmes dans l’avion.

D’après la préfecture de Loire-Atlantique citée dans la dans la dépêche, « l’individu avait été signalé aux autorités marocaines dans le cadre de la coopération entre la France et le Maroc, et sa prise en charge à l’aéroport de Fès n’est donc pas complètement un hasard ». Selon un article publié sur le site de la radio Europe 1, l’ancien militaire « avait emménagé au Maroc avec sa femme à l’été dernier et était revenu en France pour vendre son appartement ». C’est à ce moment-là qu’il avait été assigné à résidence par les autorités françaises.

Selon le 360.ma, qui a publié des photos des armes que transportait Manuel Broustail, cet expert en explosif aurait été « radié des rangs de l’armée française en août 2014, suite à sa radicalisation ».