Colère royale après l'incident du convoi à Rabat

Plusieurs responsables sécuritaires ont été sanctionnés après qu'un homme s'est mis aux travers du cortège royal le 7 mars à Rabat.

Par

L’incident provoqué par un homme qui a surpris le cortège royal à Rabat n’a pas été sans conséquences pour plusieurs responsables sécuritaires. « Les enquêtes qui ont été menées par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) ont donné lieu à des sanctions à l’encontre d’un commandant de la police relavant de la deuxième zone sécuritaire Hassan Agdal Riad et d’un officier chargé de gérer le passage du convoi royal dans cette même zone», rapporte le journal Assabah dans son édition du jeudi. Ces deux responsables ont été transférés à l’Institut royal de la police pour suivre une nouvelle formation.

Le quotidien, qui cite des sources sécuritaires, explique que « plusieurs hauts responsables de la police de Rabat ont été interrogés (sur cet incident) dans le cadre de l’enquête menée par la DGSN».

Quant à l’homme qui s’est mis aux travers du cortège royal et qui a été placé en garde à vue, « le roi a ordonné le 8 mars de le libérer». Les enquêtes menées par la police judiciaire concernant cet homme ont révélé que celui-ci, âgé de 45 ans et habitant à Casablanca, a transmis sa carte nationale au roi Mohammed VI invoquant sa sollicitude pour trouver un emploi.

Toujours selon le quotidien, « cet homme est diplômé de la Faculté des sciences et techniques (FST) de Settat et n’a pas pu être embauché. En 2002, il a voyagé clandestinement en Espagne pour trouver du travail. Après avoir exercé plusieurs fonctions dans le bâtiment et dans la restauration, il est revenu au Maroc et n’arrivait pas à trouver du travail pour subvenir aux besoins de sa famille. »

article suivant

L’influente institution sunnite Al-Azhar soutient les victimes de harcèlement et d’agressions sexuelles