La comédienne Mounia Magueri et HRW en guerre contre la violence conjugale

La Marocaine Mounia Magueri se met dans la peau de plusieurs femmes victimes de violences conjugales. Human Rights Watch se sert de ce sketch pour illustrer le vide juridique au Maroc autour de cette question.

Par

Connue pour ses saillies sur la société, la comédienne marocaine Mounia Magueri joue cette fois plusieurs victimes de violences conjugales. À tour de rôle, elle joue la femme victime de son mari, une autre bafouée par un policier véreux ou encore une victime d’un procureur malhonnête. Objectif ? « Souligner ainsi le problème de la violence conjugale sous plusieurs angles. ».

« Mon mari me frappe. Il abuse de moi. Ma famille ne m’aide pas. Ils me disent: “sois patiente, il va changer », raconte ainsi la comédienne dans ce sketch. Human Rights Watch, à l’initiative de ce sketch, rappelle qu’au Maroc, il « n’existe pas de loi contre la violence conjugale et les brutalités commises à l’encontre des femmes.  » Selon une étude effectuée en 2009/2010, reprise par HRW, les deux tiers des femmes ont subi des violences physiques, psychologiques, sexuelles ou économiques. « Et parmi elles, environ 55% ont déjà signalé avoir subi des violences conjugales », ajoute la même source.

Fin février, HRW lançait sa campagne de sensibilisation contre les violences conjugales au Maroc et appelait Bassima Hakkaoui, ministre de la Femme, à renforcer le projet de loi sur les violences faites aux femmes.

article suivant

“Barcelone ou la mort” : au Sénégal, des femmes et des hommes en quête d’avenir