Benkirane : « La restriction des salaires pour les grévistes est dans le coran » – Telquel.ma

Benkirane : « La restriction des salaires pour les grévistes est dans le coran »

Selon le chef du gouvernement, la loi sur la restriction des salaires est une application d'un verset du coran.

Par

Dans une  vidéo publiée le 1er mars sur YouTube, le chef du gouvernement est revenu sur la décision qu’avait pris le gouvernement concernant la restriction des salaires pour les fonctionnaires qui participaient aux différentes grèves générales qu’a connues le Maroc durant cette année et en 2015.

« Ce ne sont pas tous les ministres qui étaient d’accord sur cette ponction des salaires. Le jour où cette question a été soulevée, beaucoup d’entre eux ont tremblé », confie Benkirane. Et d’ajouter : « parmi les ministres qui étaient d’accord figuraient L’ancien ministre de l’Emploi, Abdelwahed Souhail et le secrétaire général du gouvernement Driss Dahak. Toutefois, le défunt Abdellah Baha m’a dit d’attendre. Il a été finalement convaincu par Souhail.»

De même, le chef du gouvernement a indiqué que le principe de restriction des salaires existe dans le coran. Pour étayer ce propos, il se réfère au verset suivant: « Et quant au ciel, il (Dieu) l’a élevé en haut. Et il a établi la balance ». Selon le chef du gouvernement, cette balance a deux côtés :  « si on met d’un côté le travail et de l’autre le salaire. Il est logique que si on enlève l’un, l’autre aussi doit être amputé. »

article suivant

Le PJD en conclave après l’inculpation de Hamieddine pour "complicité de meurtre"

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.