Marrakech interdit (aussi) l’utilisation de sabots

Le Conseil de la ville de Marrakech a décidé de ne plus procéder à l’immobilisation de voitures à l’aide de sabots.

Par

© yassine toumi

Une décision qui risque de plaire aux automobilistes. Le conseil de la ville de Marrakech a confirmé, lors de sa session du 19 février, avoir envoyé une lettre a la société Avilmar, la société de gestion déléguée en charge  de la gestion des parkings dans la ville ocre, dans laquelle celle-ci est sommée d’arrêter la pose de sabots sur les voitures ayant enfreint les règles de stationnement.

Lire aussi : La pose de sabot pour cause de stationnement jugée illégale à Rabat

« Après avoir constaté que le total des dommages que la société doit payer aux citoyens ayant porté plainte contre elles s’élèvent à trois millions de dirhams, le président conseil de la ville a envoyé une correspondance au directeur général de cette société (Avilmar, ndlr) stipulant que l’utilisation du sabot est illégale et lui demandant l’arrêt de son utilisation » nous confie une source proche du dossier. À noter que les dommages et intérêts dus par la société seront indexés sur les bénéfices de celle-ci selon la même source.

Qu’adviendra-t-il  donc de cette société ? « Le cahier de charge de la société l’oblige à investir dans les services de parkings fermés. Durant 10 ans, cette société n’a rien fait dans ce sens », nous explique notre source qui ajoute que  « le Conseil de la ville a voté en faveur de la perquisition d’un terrain près de Jamaa El Fna pour y construire un parking ».

article suivant

Turquie : Erdogan réélu président

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.