#LEPOINTGODWIN – In vino veritas, avec modération

Modération. C’est le maître mot lorsqu’on parle de vin. On regrette que ce ne soit pas toujours le cas sur les réseaux sociaux…

Par

La semaine du 8 février, Telquel.ma publiait deux articles qui avaient trait aux vins marocains. Ici, nous vous proposions un petit tour historique et géographique du vignoble. , nous évoquions la naissance de la nouvelle appellation d’origine contrôlée « Les Côtes de Rommani ».

Parler de vin, ce n’est pas si commun au Maroc. Un professionnel du secteur nous confiait récemment que lors d’une dégustation organisée pour la presse, la majorité des journalistes présents ne buvaient pas d’alcool. Cependant, les vins marocains ont longtemps été des vins de référence. Dans l’antiquité, les vins marocains étaient prisés sur les tables romaines. Au début du XXe siècle, les producteurs marocains voguaient au secours des vignes européennes ravagées par le phylloxéra. Ils sont plus discrets aujourd’hui, mais restent un formidable moyen pour le Maroc de rayonner à l’étranger. La culture de la vigne, c’est aussi un excellent moyen de valoriser des terroirs grâce à la passion et au travail des vignerons.

Ce sont ces aspects là du vin qu’il nous importe de mettre en avant. Pas les choix personnels de chacun d’en consommer ou pas. « Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ? », se demandait Alfred de Musset. Au contraire, nous sommes intimement convaincus qu’une meilleure connaissance des vins et de leur fabrication participe à lutter contre sa consommation abusive, voire maladive.

Aussi, le Point Godwin reproduit ici les commentaires de ceux d’entre vous, qui s’enthousiasment à l’idée de parler de vin comme un produit de culture, de gastronomie et de plaisir.

Les chauvins

On fait parfois de bonnes choses dans ce pays. La preuve un vin exquis.

Bonne nouvelle, vive le terroir marocain !

La comique

Le Maroc a le droit d’avoir son propre vin qui se vend partout et ceux qui ne le veulent pas peuvent acheter autre chose meilleur pour la santé comme le « Coca ». Tous les Marocains en achètent, alors ça doit être sûrement bon pour les os… Chacun son truc…

Les poètes

« Partons à cheval sur le vin,

pour un ciel féerique et divin,

comme deux anges que torture

une implacable calenture. »

Charles Baudelaire.

Vive le Maroc et vive le vin.

 

« Un peu de vin vaut mieux pour moi que le royaume

De tous les rois défunts et mieux que tous leurs trônes.

(…)

J’ignore si Celui qui façonna mon être

M’a préparé une demeure dans le Ciel ou dans l’horrible Enfer ;

Mais un peu de nourriture, une adorée et du vin sur le vert talus d’une plaine,

Cela, c’est de l’argent… garde pour toi le Ciel auquel tu fais crédit. »

OMAR KHAYYÂM

Le gastronome

Excellent avec les repas tels que Couscous à l’agneau, Tajine au poulet, méchoui, shish-kebab… Dépêchez-vous pendant qu’il en reste !

Le Point Godwin de la semaine revient à cet internaute qui nous encourage à être toujours plus précis dans cette démarche de parler de vins marocains.

Aucune mention du cépage ? Assemblage ? Le gout, les arômes…? Où peut-on l’acheter ?

article suivant

Le roi Mohammed VI rend hommage à Abderrahmane Youssoufi