La plainte contre Much loved jugée irrecevable par la justice

La plainte d'une association locale à Marrakech contre le film Much loved vient d’être rejetée par la justice.

Par

Nabil Ayouch et Loubna Abidar. crédit AFP

Le tribunal de première instance de Marrakech a jugé irrecevable mercredi 10 février la plainte intentée par l’association marocaine de défense du citoyen (AMDC) contre le 7e long métrage de Nabil Ayouch, Much loved, nous informe Youssef Chehbi, avocat du réalisateur.

Le tribunal a mis en avant le fait que l’AMDC n’a pas le statut d’association d’utilité publique pour qu’elle puisse se constituer comme partie civile dans ce procès, nous précise Mustapha Hasnaoui, président de l’AMDC.

M. Hasnaoui annonce toutefois qu’il va « faire appel de ce jugement». Pour rappel, L’AMDC a porté plainte contre le film de Ayouch qu’elle juge attentatoire à la moralité se basant sur les articles du Code pénal  483, 289, 490, 502, et 503-2, traitant de mœurs, de pédopornographie et de relations sexuelles hors mariage.