Al Adl Wal Ihsane appelle à un discours "humaniste" pour contrer le terrorisme

Pour le secrétaire général d'Al Adl Wal Ihsane, le dialogue entre tous les bords idéologiques au Maroc est indispensable pour éviter l'extrémisme.

Par

Le secrétaire général d'Al adl wal ihsane Mohamed Abbadi

A l’occasion de la commémoration du troisième anniversaire de la mort du leader et fondateur d’Al adl wal ihsane, Abdeslam Yassine, le mouvement islamiste interdit mais toléré par les autorités a organisé, le 13 décembre, une conférence où étaient conviés des personnalités politiques et de la société civile de tous bords, que ce soit des islamistes ou des hommes de gauche.

Lors de cette conférence l’actuel secrétaire général de la Jamaâ Mohamed Abbadi a interpellé tous ceux qui accusent les adlistes de « takfiristes ou de traîtres » de venir voir Al adl de l’intérieur pour comprendre ce qu’est ce mouvement. De même, il a indiqué que « la jamaâ est prête à travailler avec tous ceux qui souhaitent régler les problèmes du Maroc. »

Quant à la lutte contre le terrorisme, Abbadi a insisté sur le fait qu’il faut construire « un discours religieux humaniste afin qu’il soit une alternative au terrorisme » et demande que « cesse la violence verbale entre partis politiques, islamistes et laïques car elle peut mener à l’extrémisme et à la haine ». Et d’ajouter que « si cette violence verbale continue, elle pourrait mener à la violence physique comme c’est le cas au Moyen-Orient. »

Présence de la gauche à la commémoration

Lors de cette commémoration, des personnalités comme l’historien Maâti Mounjib, le militant Fouad Abdelmoumni, l’économiste Najib Akesbi ou encore le socialiste Mohamed Hafid , connus pour leur idées aux antipodes du référentiel islamiste de la Jamaâ, ont répondu présents. « Il est tout à fait normal que des personnalités de tous les courants politiques soient invités. Au delà de leurs idées, ils sont aussi Marocains et les problèmes de notre société concernent tout le monde », nous confie Omar Iherchane, membre du cercle politique de la jamaâ.

Selon ce dernier, « les solutions pour régler la situation sociale, économique et politique (au Maroc) ne peuvent pas être apportés que par une catégorie donnée. Un dialogue, entre les différentes parties, doit être installé et Al adl wal ihsane est ouverte pour écouter les solutions qui feront avancer la société ».

Pour sa part, Abdelmoumni estime que « le Maroc est entrain de sortir actuellement des braquages anciens vers une capacité de compréhension mutuelle entre les islamistes et les laïques et une définition d’un cadre du vivre-ensemble ». Pour celui-ci, « le changement au Maroc ne peut se faire sans que les islamiques et les laïques ne s’allient dans la mesure où un terrain d’entente est envisageable surtout que le discours d’al adl a évolué. »

article suivant

Horst Koehler entame à Alger sa tournée, avant de se rendre à Rabat

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.