Les autorités marocaines répondent à Moumni sur TV5

Le Maroc a réfuté par la voie d'un communiqué lu sur TV5 les accusations de torture du boxeur Zakaria Moumni, qui avait également déchiré son passeport lors d'une émission sur cette chaîne.

Par

Le Maroc a réfuté par la voie d’un communiqué lu sur TV5 les accusations de torture du boxeur Zakaria Moumni, qui avait également déchiré son passeport lors d’une émission sur cette chaîne.

« Les allégations de Zakaria Moumni sont fermement réfutées par le royaume du Maroc » selon un communiqué des autorités marocaines diffusé sur la chaîne TV5.  Le Maroc a officiellement réagit aux déclarations du boxeur, qui avait déchiré son passeport sur la chaîne de télévision, revenant sur les accusations de torture dont il accuse des officiels marocains.

L’État marocain considère que les propos de Zakaria Moumni et sa femme Taline Moumni, qui affirment que le boxeur a été détenu et torturé « ne correspondent pas à la réalité des faits ». Le communiqué explique que durant les 72 heures de la garde-à-vue, Zakaria Moumni est passé devant plusieurs magistrats « qui n’ont pas constaté de signes justifiant de le soumettre à un examen médical ».

Le texte lu par une voix off pendant l’émission « 64 minutes, le monde en français » revient sur le fait que Moumni a fait l’objet d’une plainte pour escroquerie déposée en février 2010 auprès du parquet de Rabat. A la suite de ce dépôt, « Zakaria Moumni a été interpellé le 27 septembre 2010 à l’aéroport de Rabat-Salé« , rajoute le communiqué.

Lire aussi : Zakaria Moumni déchire son passeport marocain à la télévision

Zakaria Moumni avait déclaré que les responsables Marocains, auraient tenté d’acheter son silence, ce à quoi le communiqué répond que « le royaume du Maroc détient une lettre versée comme pièce dans une procédure en cours devant la justice française, par laquelle Moumni a en réalité sollicité auprès du ministre de l’Intérieur à l’époque Mohand Laenser, réparation de son préjudice moral via le financement par les autorités marocaines de son projet de club de boxe à Paris, à hauteur de 4,9 millions d’euros« .

« Les allégations de Moumni à l’encontre du royaume du Maroc témoignent donc de sa volonté de revendiquer un statut d’opposant politique, comme l’illustre la destruction de son passeport marocain devant la caméra« , ajoute encore le communiqué des autorités marocaines.

article suivant

Liaisons maritimes vers le Maroc : réduction des prix et augmentation de l'offre