Ali Aarras : La MAP qualifie la presse belge de « marocophobe »

L'agence Map accuse la presse belge de marocophobie, précisant qu'aucun média belge n'a pris la peine de donner la parole à un représentant du Maroc sur l'affaire Ali Aarras.

Par

manifestation pour la libération d'Ali Aarrass
Crédit : DR

La Map est remontée. Dans l’affaire Ali Aarras, ce prisonnier maroco-belge condamné dans une affaire de terrorisme, l’agence officielle estime que la presse belge fait preuve d’un manque de déontologie. « Toute une martingale médiatico-politique est mise en branle pour présenter ce prisonnier  en héros et jeter l’opprobre sur le Maroc, faisant peu de cas des règles élémentaires de déontologie. » débute ainsi la dépêche, diffusée dans la catégorie « éclairage ».

La Map reproche notamment le manque de temps de parole donné à des représentants du Maroc, pour « éclairer l’opinion publique sur ce cas.  » . Cette dernière évoque une forme de « marocophobie  » des médias belges, tout en rappelant que l’ambassade du Maroc et les autorités judiciaires du Royaume n’ont pourtant cessé de publier des communiqués et des mises au point sur cette affaire.

Revenant sur le procès en lui-même et sur les polémiques entourant les conditions d’emprisonnement d’Ali Aarras, l’agence de presse parle de« procès équitable. » Ce dernier s’était plaint de ses conditions de détention et avait entrepris une grève de la faim pour dénoncer son humilitation. « Incarcéré à la prison de Salé, Ali Aarass n’a cessé de répandre des allégations de torture pour se donner à voir en victime et tromper l’opinion publique. » Ecrit ainsi l’éditorialiste de la Map, tout en prenant soin de rappeler que la Délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion (DGAPR) a démenti à maintes reprises ses allégations en précisant qu’il bénéficie des mêmes droits que les autres détenus. Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders a également « confirmé qu’Ali Aarass bénéficie de ses droits aux visites, notamment de membres de sa famille, du CNDH et des services consulaires belges. » affirme aussi la Map.

Remontés contre la presse belge sur cette affaire, la Map appelle à ce que « cessent ces campagnes de désinformations orchestrées à de mauvais desseins. ». Rappelons qu’en Juin 2015, l’ONU avait jugé « illégale » la procédure d’extradition d’Ali Aarras vers le Maroc.

article suivant

Pour Hassan Nasrallah, "Israël a fourni au Maroc les noms de dirigeants du Hezbollah"

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.