Une manifestation de non-voyants à Casablanca après le décès de 2 enfants

Des citoyens non-voyants critiquent le manque de véhicules de transports qui peut aboutir à des drames comme le décès de deux enfants.

Par

Un non-voyant assis dans une salle de cinéma.
Projection pour non-voyants au Festival international du Film de Marrakech. Crédit : Yassine Toumi

Des non-voyants ont manifesté le 11 novembre pour déplorer un manque de moyens, suite au décès de deux écoliers, un garçon et une fillette également non-voyants, le 10 novembre. Ces deux enfants ont été percutés par un camion devant le siège de l’Organisation Alaouite pour la protection des aveugles au Maroc (OAPAM), en plein cœur du quartier Benjdia à Casablanca.

« Il faut impérativement que les enfants non-voyants qui ont des cours dans cette organisation puissent disposer d’un moyen de transport. La plupart des enfants viennent étudier à leurs propres frais et peuvent parfois être menacés par les véhicules dans la route », confie une des personnes présentes dans la manifestation.

Même son de cloche du côté du directeur de l’organisation qui met en cause le manque de moyens, notamment de véhicules, pour assurer le transport de tous les élèves de l’OAPAM à Casablanca.

Plus globalement, les seules avantages dont disposent, à l’université, les étudiants non-voyants sont la possibilité de conserver leur bourse même en cas de triplement, la gratuité du transport, et une réduction de 50 % des prix de la chambre et des repas à la cité universitaire.

Lire aussi :  Handicap, une aide sociale insuffisante

Lire aussi : Benkirane promet un milliard de dirhams pour les enfants handicapés

article suivant

Le beau-frère du roi Felipe VI incarcéré

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.