Crise migratoire : le Maroc veut régulariser 500 réfugiés syriens

Les autorités marocaines annoncent régularisation prochaine de 500 réfugiés syriens. 459 dossiers sont déjà à l'étude.

Par

Le petit Haydar à son arrivée au Maroc Crédit : AFP

Le Maroc étudie la possibilité de régulariser des migrants Syriens, fuyants le conflit qui sévit dans leur pays depuis des mois. Une politique migratoire adaptée aux enjeux actuels est à l’étude. « Le ministère de l’Immigration a tenu une réunion pour évaluer la possibilité d’accepter les dossiers d’un certain nombre de demandeurs d’asile syriens», a indiqué jeudi 10 septembre, Mustapha El-Khalfi, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, lors d’une conférence de presse.

Les autorités évoquent donc la possibilité de régulariser 500 réfugiés syriens. Une commission, qui dépend du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a étudié à la date de mercredi 9 septembre «459 demandes d’asile, dont 126 concernant des enfants», selon AFP. «Ces dossiers sont en cours de traitement», répond à Telquel.ma une source au CNDH, sans plus de précision.

Dans un discours en août, le roi Mohammed VI avait annoncé l’instauration de visas d’entrée pour les ressortissants de certains pays arabes,  dont la Syrie. Le souverain avait invoqué «la sécurité et la stabilité du pays», tout en précisant que cette mesure ne devait pas «être perçue comme un comportement inamical». En témoigne d’ailleurs l’arrivée au Maroc du jeune Haider, qui avait publié une vidéo adressée au roi, pour demander à rejoindre son père au royaume chérifien.

Lire aussi :  Haider, le jeune réfugié syrien est arrivé au Maroc

Depuis le scandale de la photo du jeune Aylan Kurdi, la mobilisation sur la question des réfugiés syriens devient une préoccupation mondiale.  «Ce sont 160.000 personnes que les Européens doivent prendre dans leurs bras. Ceci doit être fait de façon obligatoire.»,  a affirmé mercredi 9 septembre le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Lire aussi : Juncker exhorte les Européens à se répartir d’urgence l’accueil de 160.000 réfugiés

«Les pays arabes devraient suivre l’exemple de l’Union européenne», a invité, dans une déclaration à l’AFP, Hicham Rachidi, secrétaire général du Groupe antiraciste d’accompagnement et de défense des étrangers et migrants (GADEM). Il plaide pour un « quota » déterminé par le «Produit intérieur brut de chaque pays». 

En 2014, le Maroc avait accordé un titre de séjour à près de 5 000 Syriens, donnant «la priorité aux femmes et aux enfants», avait précisé Anis Birou, ministre chargé des Affaires de la migration, dans des déclarations à la presse.  «Le Maroc devient un pays d’installation de migrants, il a toujours été un pays de transit. C’est quelque chose de nouveau»assurait-il.

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques