Suède: les enfants marocains immigrés traités de criminels

Un « think tank » suédois a publié un communiqué relatant une « invasion des enfants réfugiés » en Suède, y compris des Marocains. Ils sont accusés par l'institut, mais aussi par les autorités suédoises, de vols et divers autres crimes.

Par

Chez Bayti
Crédit : Yassine Toumi

C’est un fait social étonnant que rapporte le Gatestone institute : dans un communiqué publié sur son site internet le 23 juillet, il dénonce l’arrivée conséquente de mineurs en Suède durant la dernière décennie. La raison à ce phénomène est la rapidité avec laquelle les autorités accordent l’asile aux mineurs, et le fait que ces derniers peuvent ensuite faire venir leur famille dans le pays nordique une fois en possession de la nationalité.

Et parmi ces enfants, accusés par l’institut d’être à l’origine de nombreux actes criminels et de coûter une fortune à l’Etat,  nombreux seraient Marocains, 381 l’an dernier, selon le communiqué. Des enfants des rues de Tanger et Casablanca ayant commencé l’usage de drogue très jeunes. Le Maroc n’étant pas engagé dans un conflit, les demandes d’asile leur sont refusées, mais les enfants s’enfuiraient des foyers de réfugiés avant d’être expulsés.

Selon des propos de la police suédoise à la télévision publique repris par l’Institut, ces enfants deviendraient par la suite des vagabonds : « Nous estimons à 200 le nombre d’enfants marocains arpentant les rues de Stockholm le soir et la nuit, commettant des crimes. Ils ont neuf ans et plus. Dans beaucoup de cas ils fument du haschich et ne comprennent absolument pas les mœurs suédoises vis-à-vis des drogues ». Une situation qui inquiète visiblement les autorités suédoises, qui pensent à la solution de « les enfermer dans des instituts, mais ce ne serait qu’une solution temporaire. Je pense qu’un plan d’action national doit être mis en oeuvre », avance Christian Fröden, l’un des policiers. Un plan d’action à l’échelle européenne serait même envisagé.

Selon le Gatestone institute, les autorités ne savent en effet plus comment gérer la situation :

Les garçons marocains commettent des crimes comme le vol, le pick-pocket, les agressions, mais les autorités ne savent pas comment gérer ces enfants qui refusent l’aide offerte par l’Etat suédois.

Enfin, et parce que l’aspect économique revêt toujours une certaine importance, l’Institut rappelle le coût que représentent ces enfants au contribuable suédois : les 7 000 enfants réfugiés (de Syrie, d’Érythrée, d’Afghanistan et de Somalie en plus du Maroc) ont coûté en moyenne 233 dollars par jour et par enfant, soit 595 millions de dollars (5,8 milliards de dirhams environ) l’an dernier.

 

article suivant

20 septembre : 35 décès et 1.924 nouveaux cas de contaminations, le Maroc franchit la barre des 100.000 cas