Quand un appel à la prière pousse des habitants à rompre le jeûne avant l’heure

Des habitants d’Agadir ont été induits en erreur en rompant le jeûne avant l’heure à cause d’un appel à la prière lancé avec sept minutes d'avance.

Par

Un jeûne est-il valide s’il est rompu avant l’heure en raison d’un appel à la prière? C’est la question que certains habitants d’Agadir auraient adressé aux autorités religieuses de la ville après qu’ils ont été induits en erreur par  un appel à la prière inhabituel.

Le site arabophone Goud rapporte que  le 20 juin dernier, certains habitants de la ville d’Agadir ont entendu un appel à la prière sept minutes avant l’heure de la rupture. Le site arabophone Akhbarona précise pour sa part qu’il s’agissait du muezzin d’une mosquée à  Agadir qui s’est trompé en faisant l’appel à la prière d’Al Maghreb  sept minutes avant l’heure, ajoutant que l’appel a été fait à 19h 40, alors qu’il aurait dû être fait à 19h 47.

Ceci a eu pour résultat d’induire en erreur des habitants de la région qui ont rompu leur jeûne avant l’heure fixée par le ministère en charge et le conseil scientifique de la région d’Agadir.

Le journal  Akhbarona explique que cet incident a semé  le doute chez certains habitants sur la validité de leur  journée de jeûne.

Contacté par Telquel.ma, la direction de la délégation régionale des Affaires islamiques d’Agadir  a affirmé qu’elle « n’est pas autorisée à commenter cette information ».

article suivant

Réouverture des frontières : pas de recommandation du comité scientifique, selon le ministère de la Santé