Goud condamné à payer 500 000 dirhams à Mounir Majidi

Pour avoir repris un article sur Mounir Majidi, le site d’informations doit payer 500 000 dirhams au secrétaire particulier du roi. L’avocat de Goud compte faire appel de cette décision.

Par

Mounir Majidi et Ahmed Najim. Crédit: DR
Mounir Majidi et Ahmed Najim, directeur de publication de Goud. Crédit: DR

Le site d’informations Goud a été condamné par la justice, au paiement d’une indemnité de 500 000 dirhams au secrétaire particulier du roi, Mounir Majidi. Cette décision, rendue le 22 juin survient suite à une plainte déposée par Mounir Majidi pour « diffamation et injure » contre le média. Celui-ci avait repris un article de l’hebdomadaire Maghrib Al Yaoum  portant sur l’économie de rente et qui évoquait le secrétaire particulier du roi en sa qualité d’homme d’affaires.

Contacté par telquel.ma, l’avocat chargé de la défense de Goud, Hassan Semlali, a déclaré que la décision de la justice «  n’était pas objective et ne reposait sur aucun fondement ». « Nous avons fait une revue de presse dans laquelle nous faisons référence à l’article (de Maghrib Al Yaoum, ndlr).  L’article n’a pas été reproduit intégralement. Nous avons cité quelques phrases et nous n’avions pas l’intention de porter atteinte ou préjudice à quelqu’un » a détaillé le juriste.

Le directeur de publication du site d’informations, Ahmed Najim, n’a pu être joint par Telquel.ma mais un article publié sur Goud livre la réaction du média. Selon Goud,  ce jugement contribuera «  à ternir l’image du Maroc dans les rapports consacrés a la liberté de la presse ».  Le média remarque également qu’ « un jugement équitable a été rendu à Paris » dans l’affaire opposant Mounir Majidi à l’ancien directeur de la publication de TelQuel, Ahmed Benchemsi. Ce dernier a été relaxé par la justice française.

Goud  compte faire appel de cette décision dans un délai de 10 jours  car  « le jugement n’est pas exécutoire immédiatement », selon Hassan Semlali.

article suivant

Ouverture des frontières pour les Marocains et résidents au Maroc bloqués à l'étranger