Avicii à Mawazine, la house à domicile

4e soirée, 4e grand artiste international. Avicii était aux platines le lundi 1er juin au Festival de Mawazine. Des tubes entraînants qui font l’unanimité, mais un show à revoir.

Par

Pas besoin de tergiverser : Avicii ce n’est pas de la grande musique, mais pour faire danser aux quatre coins du monde, on a rarement fait plus simple et efficace. Mawazine ne déroge pas à la règle. La house du DJ suédois transporte les corps en rythme dans une euphorie généralisée au sein du large public présent le 1er juin. La scène OLM Souissi devient un gigantesque dancefloor.

Seulement voilà. Un DJ, en live, c’est rarement très visuel. Et c’est particulièrement criant lorsque le DJ en question est momentanément handicapé et se déplace en béquilles. C’est pourquoi le spectacle est assuré à grand renfort de lasers et projecteurs, pour un résultat moyennement convainquant. L’aménagement de la scène n’arrange guère les choses. Rares étaient les endroits où l’on pouvait apercevoir la blondeur du jeune DJ de 25 ans. Les photographes agglutinés devant la scène en ont fait les frais, ne se rendant compte qu’au début du concert que leurs téléobjectifs leur seraient bien inutiles puisqu’Avicii n’offrait à leur vue qu’une main en l’air de temps en temps…

Si ce n’est pour l’ambiance réjouissante dans le public, mieux valait faire une cure de clips house… à la maison.