Amnesty épingle le Maroc sur la persistance de l'emploi de la torture

Dans une conférence qui s’est tenue le 19 mai à Rabat, Amnesty International a présenté son rapport L’ombre de l’impunité : la torture au Maroc et au sahara occidental, épinglant la persistance de « la pratique de la torture au Maroc ».

Par

Crédit : Business Insider

Dans une conférence qui s’est tenue le 19 mai à Rabat, Amnesty International a présenté son rapport L’ombre de l’impunité : la torture au Maroc et au sahara occidental, épinglant la persistance de « la pratique de la torture au Maroc ».

« Tant que la menace planera sur les détenus et les voix dissidentes, cette image ne sera qu’un mirage », a expliqué Salil Shetty, secrétaire générale d’Amnesty International en référence à « l’image d’un pays ouvert » prônée par le Maroc. Dans son rapport, Amnesty dénonce la persistance de la torture « pour étouffer la contestation » qui « entache certaines condamnations prononcées par la justice ». Le rapport épingle 173 cas de torture parmi lesquels « des étudiants, des militants politiques de tendance gauche ou islamiste, des partisans de l’autodétermination du sahara occidental, ainsi que des personnes soupçonnées de terrorisme ».

Des chiffres alarmants

Sur les 173 cas étudiés par l’organisation internationale, le rapport note que « 8 sont poursuivies pour ‘dénonciation calomineuse, ‘fausse dénonciation’, ‘outrage’ ou ‘diffamation’ après avoir porté plainte pour torture ou signalé avoir été torturées au Maroc depuis mai 2014 ». Des accusations qui exposent ces personnes « à une possibilité de condamnation à cinq ans de prison ». Seul un cas parmi ceux étudiés a bénéficié d’une « annulation de condamnation après avoir reconnu qu’elle avait été prononcée sur la base d’aveux arrachés sous la torture » et une seule personne a bénéficié « d’une évaluation des séquelles psychologiques ou traumatisme dus à la torture ». Amnesty dénonce le fait que « ces mauvais traitements restent impunis », accusant les autorités marocaines de « bafouer les obligations qui sont les leurs aux termes du droit international et des traités que le Maroc a signés ».

Décharges électriques, abus et humiliations sexuelles, viols avec des objets comme les bouteilles de verre

Dans les détails de son rapport, Amnesty liste des techniques recensées d’après les témoignages des 173 personnes qui ont fait objet de l’étude. Décharges électriques, abus et humiliations sexuelles, viols avec des objets comme les bouteilles de verre ou encore la posture du « poulet rôti » où des victimes sont suspendus à une barre horizontale par les genoux et les poignets en position accroupie. Des méthodes qui servent à « contraindre les interrogés à avouer » ou encore à « signer des procès verbaux ».

Crédit : Rachid Tniouni
Crédit : Rachid Tniouni

Les recommandations d’Amnesty

Amnesty International dénonce le « fossé entre les déclarations officielles pour stopper la torture et les méthodes encore employées ». Un état des lieux qui pose la question sur les réelles motivations des autorités pour éradiquer la torture. Dans ce cadre, l’organisation qui lutte pour les droits de l’homme appelle à un certain nombre de réformes afin d’appuyer « l’indépendance de la justice ». Des recommandations résumées en trois points : la présence obligatoire des avocats lors des interrogations policières, protéger les personnes se plaignant de torture d’éventuelles représailles et s’assurer que les juges et procureurs enquêtent sur les cas de torture dès l’apparition de témoignages crédibles de mauvais traitements.

Lire aussi : Le Maroc dénonce des « idées préconçues » dans le rapport d’Amnesty sur la torture