El Ouardi révèle son plan d’évacuation du centre psychiatrique Bouya Omar

Selon le ministre de la Santé, les 800 patients se trouvant à Bouya Omar vont être transférés de manière graduelle vers d’autres centres hospitaliers.

Par

Après une enquête menée par le ministère de la Santé sur le centre psychiatrique du mausolée de Bouya Omar, à 50 km de Marrakech, où il a été constaté que les patients vivent dans des conditions misérables, le ministre El Ouardi s’apprête à le fermer :

« Selon une étude réalisée par le ministère, ce centre n’a plus rien à voir avec un endroit où on soigne les malades. C’est devenu un business dont les bénéficiaires sont les soignants. Les revenus annuels de ce centre, versés par les patients, sont approximativement de 8 millions de dirhams », a notamment asséné le ministre.

Celui-ci rappelle aussi que les patients qui sont dans ce centre souffrent de malnutrition et de mauvais traitements. Cette enquête a même révélé que les patients sont internés dans des « conditions misérables » et subissent des pratiques portant « atteinte aux droits de l’Homme ».

El Ouardi a expliqué que l’évacuation de ce centre a pour objectif de bâtir un centre hospitalier social indépendant qui abritera 120 lits et aura pour tâche de « préserver les droits des malades psychiatriques et faciliter l’accès aux soins ».

Il a également révélé comment ces patients vont être transférés vers d’autres centres hospitaliers. « Le temps d’évacuation de ce centre prendra trois à quatre semaines », a indiqué le ministre dans une interview accordée au quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum publiée le 14 mai 2015. Et d’ajouter que « cette évacuation a été coordonnée avec les autorités locales de Kalaât Sraghna et que plusieurs ambulances ont déjà été prévues en place pour transporter les patients ».

Le ministre explique également que les 800 patients vont être mis dans des centres hospitaliers de façon à être près de leur famille, bien que « la plupart des personnes de Bouya Omar ont été délaissés par leurs proches ».

article suivant

Débat présidentiel : les punchlines de Donald Trump et Joe Biden