ONCF: Les usagers se révoltent et Boulif fait porter la responsabilité à la direction

L'ONCF n'en finit pas de décevoir ses clients. Le 12 mai dans l'après-midi, aucun train n'a relié Casablanca à Rabat. Les usagers en ont ras-le-bol et l'expriment sur les réseaux sociaux.

Par

Crédit : Riad Essbai

Le mardi 12 mai, les trains de l’ONCF reliant Casablanca à Rabat se sont arrêtés entre 14h30 et 18h. Un retard conséquent que la page Facebook de l’ONCF qualifie de « léger retard ». Un gel des trains qui a provoqué la colère des nombreux voyageurs, notamment ceux qui ont bloqué la voie ferrée à la gare de Rabat ville, protestant contre « le manque de sérieux » de l’Office des chemins de fer et appelant à la démission du directeur de l’ONCF. La voie n’a pu être dégagée qu’après l’intervention des autorités qui ont dispersé la manifestation.

Si le Twitter officiel de l’ONCF annonce le rétablissement des trains à 15h40 le même jour, la réalité est tout autre. Car le premier train à se diriger de la gare de Casa Port en direction de Rabat n’a pu démarrer qu’après 17h. Un mensonge qui n’a fait qu’attiser la colère des voyageurs qui « en ont marre d’être pris pour des cons ».

De son côté, Najib Boulif, en réponse à une question orale au parlement le 12 mai a fait porter la responsabilité des dysfonctionnements au sein de l’ONCF à la direction de ce dernier. Le ministre a affirmé que tout le monde connait des problèmes relatifs à la ponctualité et au confort des trains et a remis en cause la mauvaise gestion de ce secteur. Pour lui, le gouvernement a pour rôle de décider des grandes politiques régissant ce domaine mais n’intervient pas dans la gestion de celui-ci, même s’il arrive que les politiques travaillent en coordination avec l’office des chemins de fer afin de trouver des solutions à ces problèmes.

article suivant

Le Maroc autorise d'urgence le vaccin chinois Sinopharm