La revue du web #29: Ces travestis qui se déhanchent à Jamaâ El Fna

Des hommes travestis qui dansent à Marrakech, Saad Lamjarred qui bat des records et un magazine imprimé avec du sang infecté pour sensibiliser contre le sida. Bienvenue dans la 29e revue du web.

Par

Souvent voilés, ces garçons animent la place de Jamaâ El Fna en pratiquant des danses traditionnelles. Crédit : Hespress

Les danseurs travestis de Jamaâ El Fna témoignent

L’édition hollandaise de Vice nous emmène à Marrakech, précisément à Jamaâ El Fna, pour rencontrer des travestis qui pratiquent la danse du ventre sur la place la plus célèbre de la ville ocre. Avec des djellabas aux couleurs festives, le visage généralement voilé, ils dansent au rythme de quelques dirhams déposés par les nombreux visiteurs de la place. « Personne ne m’a jamais demandé si j’étais un garçon ou une fille », témoigne Youssef, l’un des danseurs de la place. Le journaliste de Vice est même accueilli dans le domicile de l’un des danseurs qui avoue se sentir mal dans sa peau. « Mon rêve est de devenir comme la danseuse Noor et changer de sexe », confie-t-il.

A lire sur Vice (en néerlandais)/Lire la traduction sur Hespress (en arabe)

Saad Lamjarred bat des records

Il semblerait que le chanteur marocain ait trouvé la recette du succès. Le vidéo-clip de Lm3allem, son dernier morceau, bat des records de vues. Moins de 48 heures après sa publication, le dernier tube de Saad Lamjarred a déjà dépassé le million de vues. Du côté des réactions, le ton est généralement positif. Une majorité de pouces verts en dessous de la vidéo et des messages encourageants envahissent ses pages sur les réseaux sociaux. La vidéo, à mi-chemin entre Bad Girls de M.I.A et un clip des Chemical Brothers doit son originalité à Hassan Hajjaj qui a dessiné l’ensemble des costumes du clip.

Le tweet de la semaine

Un magazine imprimé avec du sang infecté pour sensibiliser contre le sida…

Le trimestriel masculin autrichien Vangardist a eu une idée originale pour sensibiliser ses lecteurs contre le sida. L’édition du printemps du magazine a été imprimée en partie avec le sang de personnes porteuses du virus. « Si vous tenez une copie ‘infecté’ du magazine papier entre vos mains en ce moment, vous allez être en contact avec le virus VIH comme vous ne l’avez jamais été… Cela vous fera réfléchir et vous penserez différemment après. Sur ce sujet, l’avenir est entre vos mains », a écrit Julian Wiehl, le directeur de la publication dans son édito.

3000 exemplaires du magazine sont concernés par cette impression spéciale. Ils ont été imprimés selon une méthode méticuleuse qui ne permet pas le passage du virus au lecteur.

A lire sur Slate

Et une campagne anti-tabac avec de l’encre issue des poumons des fumeurs

La Fondation thaïlandaise pour la santé a eu recours à une campagne originale et non moins glauque pour sensibiliser contre les dangers du tabac. La fondation a créé une encre à partir du goudron des cigarettes prélevé sur des poumons de fumeurs. Cette dernière, disponible dans des lieux publics, permet aux citoyens de rédiger des messages de lutte contre le tabac. Intitulée Le message des poumons, la campagne a été relayée plus de 100 000 fois sur les réseaux sociaux en Thaïlande.

A lire sur Le Huffington Post

Ni*** les mécréants

Connus pour leur humour noir, Folaim ya Gholaim, un programme destiné à la jeunesse saoudienne vient de publier un clip nommé Screw Infidels! (littéralement Ni*** les mécréants). Le duo va gâcher le quotidien de personnes ayant choisi de vivre librement. S’immiscer dans un couple qui se fait une déclaration d’amour sur la voie publique ou venir s’incruster dans les toilettes d’une personne utilisant du papier pour son hygiène et le brûler, le duo caricature les personnes qui passent leur vie à qualifier de kouffars tous ces gens dont le mode de vie est différent du leur.

article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles