Une campagne de crowdfunding pour financer l'épicerie d'un réfugié ivoirien à Rabat

L'association Singa Maroc qui se consacre à accompagner les réfugiés au Maroc a choisi le financement participatif afin de mettre en place une épicerie pour un réfugié ivoirien.

Par

L'équipe de Singa Maroc avec Abouben, le réfugié ivoirien. Crédit : Singa Maroc

Depuis le 15 avril, une campagne de crowdfunding est mise en place sur la plateforme de financement participatif marocaine Smala & Co afin d’aider Abouben, un réfugié ivoirien à ouvrir une épicerie spécialisée dans des produits alimentaires en provenance d’autres pays africains. Habitant au Maroc depuis dix ans, Abouben a déjà ramené des produits africains et les a vendus dans le royaume. « Il est déjà dans la dynamique du travail, c’était plus simple pour nous d’accompagner son projet », nous explique Majda Khamlichi, fondatrice et directrice de Singa Maroc. Abouben, lui a déjà sa clientèle, « ce qui minimise les risques d’échec de ce projet » précise la jeune femme qui s’est consacrée à accompagner les réfugiés au Maroc afin qu’ils trouvent leurs repères, s’intègrent plus facilement et arrivent à assurer leur autonomie.

Singa Maroc souhaite ainsi récolter 600 euros (soit 6 600 dirhams) lors de cette campagne qui serviront « au loyer du magasin ainsi qu’à l’approvisionnement de ce dernier afin qu’Abouben puisse lancer son commerce ». L’Ivoirien a déjà réussi à trouver un local pour son magasin dans le centre commercial Takhfid Reda, au centre ville de Rabat, près de la médina. Si 395 euros ont déjà été récoltés, il reste encore à Singa cinq jours pour assurer le reste de la somme.

Si le projet aboutit, Singa Maroc promet de faire d’Abouben « le premier maillon d’une chaîne de solidarité ». « Nous signerons avec Abouben une convention qui stipule qu’il devra réinjecter la même somme dans un projet destinés aux réfugiés une fois que son commerce sera rentable », nous explique Majda Khamlichi, qui désire « renforcer la solidarité entre les réfugiés eux-mêmes » afin de faciliter leur intégration dans le territoire.

article suivant

Le mandat de la Minurso prorogé pour une durée d’un an