«Hillary Clinton ne peut pas être présidente à cause de... ses hormones»

Une Texane a suscité un tollé un expliquant qu’une femme ne pouvait pas être présidente du fait de ses hormones. Attaquée, elle persiste et se justifie face caméra.

Par

Cheryl Rios réitère ses propos à la télévision. Capture d'écran du reportage de CBSDFW.

Les femmes sont des machos comme les autres. Cheryl Rios, femme d’affaire texane, a voulu réagir à la candidature d’Hillary Clinton à l’élection présidentielle de 2016 annoncée le 12 avril. Sur son compte Facebook, la femme écrit : « Si cela arrive, je déménage au Canada. On n’a PAS besoin d’elle, car elle n’est pas la bonne personne pour diriger notre pays » : jusqu’ici rien de misogyne. Mais tout s’aggrave ensuite :

Une femme ne devrait pas devenir présidente. Laissons les ‘haters’ venir… mais avec les hormones qui sont les nôtres, on ne devrait pas pouvoir être en capacité de commencer une guerre.

Capture d'écran de la publication, qui a été supprimée depuis.
Capture d’écran de la publication, supprimée depuis.

Les hormones de Cheryl Rios ne l’empêchent pourtant pas d’être chef d’entreprise ; mais d’après elle, cela n’a rien à voir : « Oui, je possède ma propre affaire, j’aime ce que je fais, et je suis douée pour ça, MAIS ce n’est pas la même chose que d’être le président, qui devrait être un poste laissé à un homme bon, fort et honorable », continue-t-elle dans sa publication Facebook.

Cette posture a bien sûr suscité un tollé sur Internet. Interrogée par la chaîne américaine CBSDFW, Cheryl Rios persiste et signe : « Nous ne sommes pas faites de la même manière, nous n’avons pas les mêmes hormones ».

article suivant

Affaire Omar Raddad : nouvelle requête en révision déposée jeudi après des découvertes ADN