Toujours deux personnes dans le cockpit, une fausse bonne idée pour Driss Benhima

Dans la foulée du crash de l'avion de Germanwings en France, le PDG de la Royal Air Maroc, Driss Benhima, a qualifié jeudi de « fausse bonne idée » la mesure visant à imposer la présence permanente de deux personnes dans le cockpit.

Par

Driss Benhima patron de la Royal Air Maroc
Driss Benhima Crédit : Yassine Toumi

Driss Benhima a évoqué une démarche « émotionnelle » dans la foulée du crash de l’A320 de Germanwings« La mesure qui consisterait à avoir une 3e personne qui viendrait remplacer un pilote sortant du cockpit, alors ça c’est une (…) fausse bonne idée qui ne concourt pas du tout à la sécurisation du cockpit », a déclaré Driss Benhima sur Atlantic radio.

« Nous prenons très au sérieux l’accident », mais « nous considérons que ce genre de décisions ne doivent pas être prises dans la précipitation », a-t-il ajouté.

« Je comprends l’émotion suite à ce qui est arrivé (à l’A320 de la Germanwings). Mais, en tout cas, ça n’est pas en demandant à une hôtesse ou un steward de remplacer un pilote pendant son absence qu’on va augmenter la sécurité », a insisté Driss Benhima.

Après le crash de l’A320 dans les Alpes françaises, qui a fait 150 morts le 24 mars, l’enquête a révélé que le copilote avait délibérément provoqué la catastrophe. Profitant d’une absence momentanée du pilote, il se serait enfermé seul dans le cockpit.

Depuis, plusieurs compagnies comme Lufthansa (maison-mère de Germanwings) ont imposé ou conseillé la présence permanente de deux personnes dans le cockpit.

Réagissant à une recommandation en ce sens − à titre temporaire − de l’Agence européenne de sécurité aérienne (AESA), le Syndicat français des pilotes de ligne (SNPL) a toutefois déploré une décision prise « dans la précipitation, sans attendre un diagnostic suffisamment complet de l’accident et sans mesure d’impact ».

Lire aussi : En 1994, un pilote de la RAM se suicidait… pour un chagrin d’amour

article suivant

20 septembre : 35 décès et 1.924 nouveaux cas de contaminations, le Maroc franchit la barre des 100.000 cas