Cannabis : le Maroc résiste à la concurrence

Le rapport 2014 de l’Organe international de contrôle des stupéfiants confirme le poids économique de la résine de cannabis, dont l'exportation représenterait 10 % du PIB du Maroc.

Par

résine de cannabis
Crédit : BePower / Wikimedia

Bien qu’illicite et donc peu transparent, le marché mondial du cannabis a aussi ses leaders et ses tendances. Le rapport 2014 de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS) nous apprend ainsi que « le Maroc est toujours le premier producteur de résine [de cannabis] du continent et l’un des premiers au monde, même s’il semble, d’après certaines informations, que la production y soit en recul », un constat d’autant plus significatif que « l’Afrique du Nord, qui a enregistré une augmentation des saisies de résine, demeure la sous-région d’Afrique où sont saisies les plus grandes quantités de cette substance ».

D’ailleurs, l’organisation relève – malgré cette baisse supposée de la production – une progression des saisies de résine de cannabis. A tel point que ce sont l’Algérie et le Maroc qui sont, d’après les chiffres officiels, les deux pays qui réalisent le plus de saisies dans la sous-région, avec respectivement, en 2011, 53 tonnes et 126 tonnes, puis en 2013 211 tonnes et 137 tonnes.

Au total, la part mondiale des saisies de résine de cannabis par le Maroc serait passée de 11 % en 2011 à 12 % en 2013.

Lire aussi : 65 % du cannabis saisi dans le monde vient du Maroc

Cannabis en cabotage du Maroc à l’Égypte

Le « client principal » du cannabis marocain reste l’Europe, toutefois, les filières d’exportation sont diversifiées. Le rapport cite ainsi l’acheminement clandestin de 80 tonnes de résine de cannabis par bateaux de pêche depuis le Maroc jusqu’en Égypte.

Cette diversification des marchés d’exportation ne suffira cependant pas à consoler les barons de la drogue face à une autre tendance de marché : la production d’herbe dans les pays habituellement consommateurs, en Europe notamment. Citant notamment les conclusions de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, le rapport souligne que « les quantités de résine saisies sont désormais du même ordre que celles d’herbe, ce qui témoigne d’une préférence accrue pour l’herbe sur les marchés européens, où elle est de plus en plus produite localement ».

Le Maroc, qui demeure le pays d’origine de la majeure partie de la résine saisie en Europe, y voit là s’amoindrir l’une de ses sources illégales d’entrées de devises. L’exportation de résine de cannabis rapporterait au Maroc 114 milliards de dirhams par an, soit environ 10 % du PIB national, selon l’OICS.

Lire aussi : Pourquoi la légalisation du cannabis bloque

article suivant

Karim Cheikh, président du GIMAS : "L'aéronautique connaît une croissance de 20 % par an "

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.