Une nouvelle sentence pour le groupe Chaâbi

Ynna Steel a un différend avec une entreprise espagnole. Le tribunal de commerce de Casablanca aurait ordonné l’exécution d'un arbitrage suisse de 2013.

Par

Miloud Chaâbi
Miloud Chaâbi, dirigeant d'Ynna Holding.Crédit : Yassine Toumi

Décidément, Ynna Holding est au centre de toutes les attentions en ce début d’année 2015. Après l’affaire Ynna Asment / Fives FCB, c’est maintenant le différend opposant Ynna Steel à l’entreprise espagnole Bascotecnia Steel qui éclate au grand jour. Nos confrères de Médias 24 ont révélé l’histoire ce 2 février.

Bascotecnia Steel avait décroché en 2006 un contrat d’environ 323 millions de dirhams auprès d’Ynna pour construire et équiper une unité de laminage à froid pour la production de bobines d’acier plat galvanisées et pré-laquées. Mais selon le journal électronique, Ynna Steel a été condamnée par la Cour d’arbitrage de Genève en 2013 à payer environ 26 millions de dirhams à Bascotecnia. Face à son refus d’exécuter la sanction, l’entreprise espagnole a alors fait appel à la justice marocaine. Le tribunal de Commerce de Casablanca a ordonné le 2 février l’exequatur (procédure donnant force exécutoire à un jugement rendu à l’étranger dans un autre État, ndlr) de la décision de l’arbitre, d’après Médias24.

Rappelons que les actions Snep détenues par Ynna Holding sont suspendues de la bourse depuis le 13 février. Sa filiale Ynna Asment est en contentieux avec CPC Maroc, filiale marocaine de l’entreprise française Fives FCB. La holding avait été sanctionnée par un arbitre international, dont la décision a été validée par la justice marocaine. La vente aux enchères des actions prévue le 25 février a été annulée in extremis et le PDG Miloud Chaâbi a annoncé son pourvoi en cassation.

Lire aussi : Benkirane dit vouloir concurrencer la justice par les arbitrages privés

article suivant

Plus de 90 blessés dans de nouveaux heurts à Jérusalem