Des blogueurs mode dans la peau d'ouvriers du textile au Cambodge

Sweatshop, c'est un webdocu qui a suivi, à la manière de la téléréalité, trois blogueurs de mode en immersion dans le quotidien des ouvriers d'une usine de textile cambodgienne. Choc.

Par

Crédit : capture d'écran Aftenposten

Faire travailler des blogueurs de mode dans une usine de textile au Cambodge, c’est le concept de l’émission de web-téléréalité Sweatshop diffusée sur le portail du quotidien norvégien Aftenposten, à l’initiative du journaliste Pal Johan Karlsen. Afin de sensibiliser sur les conditions de travail des ouvriers qui confectionnent les vêtements de marques de grandes distribution, le quotidien a mené ce projet diffusé sur son portail depuis avril 2014 en cinq épisodes.

Anniken JorgensenFrida Ottesen et Ludvig Hambro, trois blogueurs de mode influents, s’essaient pendant 30 jours à la vie d’un ouvrier. « Combien de personnes vont mourir ici chaque année ? », s’alarme la première blogueuse. Nos trois acolytes vont, pendant 30 jours, confectionner des vêtements H&M ou Mango, découvrant des conditions de travail à la limite de l’inhumain : des camions surchargés d’employés, des locaux de travail où la promiscuité règne, une chaleur insupportable et un salaire misérable.

« J’ai cousu des habits pendant 8 heures. J’ai gagné quatre dollars. Nous sommes des enfants gâtés. J’ai honte », témoigne l’une des trois blogueurs sur Instagram, consciente des conditions de vie difficiles des ouvriers qui confectionnent ces vêtements qui font leur bonheur quotidien. Frida Ottesen a posté, suite à la diffusion des épisodes, un montage frappant sur le net. Posant avec une même robe, une femme asiatique explique qu’elle a été payée 60 centimes pour la confectionner et la blogueuse dit l’avoir achetée à 50 dollars.

Les cinq épisodes du webdocumentaire sont toujours disponibles gratuitement en version originale sous-titrée sur le portail du quotidien norvégien.

article suivant

L'artiste marocain Abdeladim Chennaoui n'est plus