Une journée sans billet pour exprimer sa colère contre l'ONCF

En réponse aux retards à répétition des trains de l'ONCF, un groupe Facebook lance un mouvement de protestation en instaurant une « journée sans billet » le 12 décembre prochain.

Par

Crédit : DR/Facebook

Avis aux resquilleurs, le 12 décembre prochain, ils seront des militants. Ce jour-là, ONCF, 50 ans de merde, une page Facebook qui épingle les retards des trains du royaume, leur manque d’hygiène et d’organisation, mais aussi le manque de sécurité ou de réactivité des responsables, a programmé l’événement Une journée sans billet, une manière de protester en n’achetant pas son billet lors de son voyage le 12 décembre prochain. Près de 2 500 personnes ont déjà adhéré à l’initiative.

La page ONCF, 50 ans de merde avait été créée par des utilisateurs de Facebook en réponse à la campagne fêtant les 50 ans de l’Office national des chemins de fer (ONCF) en octobre 2013. Au fil de la page, des photos de trains détériorés, de câbles pendant du plafond et de toilettes dans un état insalubre. Les commentaires ne sont pas moins virulents. « J’ai pris le train de l’aéroport Mohammed V vers Casa Voyageurs à 22h. Il est 23h25 et nous sommes toujours bloqués dans le … entre la gare de Bouskoura et Nassim. Bravo l’ONCF. Que fais-tu Khlie ? (le directeur général de l’ONCF, ndlr) », peut-on ainsi lire sur la page Facebook.

Le silence de l’ONCF

Sur la page officielle de l’ONCF, même son de cloche. Si les managers de la page du réseau ferroviaire se contentent de poster quotidiennement des photos de paysages et de souhaiter une bonne journée à leur communauté, omettant de communiquer sur l’office, les commentaires sont en majorité négatifs, voire furieux. « Vous faites ce que vous voulez parce que les gens n’ont pas le choix », déplore Karim Ali sur les commentaires. Certains témoignent même d’agressions dans les trains.

Par ailleurs, Omar El Hyani, militant membre des associations Capdema et de Clarté Ambition Courage, avait mené l’enquête sur la gestion des trains de l’ONCF. « Avec deux amis, nous avons pris 100 trains entre le 15 septembre et le 30 octobre 2014, que nous avons évalué selon plusieurs paramètres : la climatisation, la ponctualité, l’encombrement ». Les résultats, explicités en graphique sur son blog personnel, sont inquiétants. On y apprend que 42 % des trains étaient en retard (de une à 15 minutes), dans 32% des cas, le train n’était pas climatisé et que sur l’ensemble des plaintes déposées auprès de l’ONCF, aucune n’a eu droit à une réponse. « J’ai envoyé mon rapport au directeur général de l’ONCF et à leur service de communication. Je n’ai toujours pas reçu d’explication », note-t-il.

Telquel.ma a essayé de joindre plusieurs responsables de l’ONCF, ainsi que son directeur, en vain.

article suivant

Transport, administrations, cafés : le pass vaccinal adopté à partir de ce jeudi 21 octobre (Officiel)