Boussaïd accusé de favoritisme: El Haya convoqué

La police judiciaire vient de convoquer l’élu PJDiste Mustapha El Haya, pour avoir plus de détails sur les accusations qu'il porte à l’encontre de Mohamed Boussaïd.

Par

Mustapha El Haya
L'élu du PJD au sein du conseil de la ville de Casablanca, Mustapha El Haya. Crédit : AIC Press

Du nouveau dans l’affaire opposant le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Boussaïd, et un élu du PJD au Conseil de la ville de Casablanca, Mustapha El Haya. Ce dernier vient en effet d’être convoqué par la police judiciaire, selon le dossier publié en Une d’Al Massae, ce mercredi.

La veille, le quotidien arabophone avait indiqué que le wali de Casablanca, Khalid Safir, avait demandé l’ouverture d’une enquête.

On s’en souvient, l’affaire a commencé quand Mustapha El Haya a lui-même demandé à la justice ainsi qu’aux commissions d’inspection des ministères de l’Intérieur et des Finances d’ouvrir une enquête pour contrôler les appels d’offres et les contrats publics dont aurait bénéficié une société gérée par le frère de l’actuel ministre des Finances Mohamed Boussaïd à l’époque où ce dernier était wali de Casablanca.

Non pas une, mais deux sociétés mises en cause

Dans son édition d’aujourd’hui, Al Massae révèle que deux sociétés sont mises en cause. Le quotidien arabophone a notamment découvert que la première, VIAS, est une société spécialisée dans le BTP, immatriculée au registre du commerce de Casablanca, et dont le capital est de 40 millions de dirhams.

Cette entreprise est la propriété de cinq associés, trois personnes physiques et deux personnes morales : Youssef Boussaïd, frère du ministre des Finances, Rachid Alami Mchich, Mustapha Erraji et la société Cité de la mer représentée par Abderrazzak Benkirane, frère du président de la région du Grand Casablanca, Chafik Benkirane. Parmi les associés, figurent également la société Stam représentée par Louis Raymond Boudranot.

article suivant

L'artiste marocain Abdeladim Chennaoui n'est plus