Une allée Mehdi Ben Barka inaugurée en France

L'opposant a été enlevé devant la brasserie Lipp le 29 octobre 1965. Crédit: DR
L'opposant a été enlevé devant la brasserie Lipp à Gennevilliers le 29 octobre 1965. Crédit : DR

La commune française de Gennevilliers baptisera une de ses allées au nom de l’opposant marocain, Mehdi Ben Barka, enlevé devant la brasserie Lipp le 29 octobre 1965.

La commune de Gennevilliers, au nord-ouest de Paris, inaugure le 28 octobre une allée au nom de l’opposant marocain, Mehdi Ben Barka. Cet hommage a lieu à un jour du 49e anniversaire de l’enlèvement de l’ancien chef de file du socialisme marocain devant la brasserie Lipp à Paris. Le fils de Mehdi Ben Barka, Bachir, ainsi que son avocat, Maurice Buttin, seront présents à cette inauguration. A noter que le lendemain un rassemblement organisé par l’Institut Mehdi Ben Barka aura lieu en face de la brasserie Lipp pour commémorer l’enlèvement de l’ancien opposant.

Contacté par Telquel.ma, Bachir Ben Barka a fait part de sa fierté concernant l’hommage rendu à son père :

C’est avec une grande joie et une grande fierté que je vais assister à cette inauguration qui est un véritable hommage à Mehdi Ben Barka. C’est également un hommage aux travailleurs marocains de Gennevilliers et de France qui ont porté ce projet.

« Le combat continue »

Bachir Ben Barka a également évoqué la relaxe de Maurice Buttin, l’avocat défendant les intérêts de sa famille dans le cadre de l’affaire Mehdi Ben Barka : « les poursuites entamées contre notre avocat font partie d’une opération qui vise à nous étouffer. La relaxe de Maître Maurice Butin signifie que le combat continue ».

Concernant l’affaire visant à rétablir la vérité sur l’enlèvement de l’ancien opposant, Bachir Ben Barka a indiqué qu’ « il n’y avait aucun progrès sur le dossier juridique. Le secret défense sur certains éléments du dossier n’est toujours pas levé par l’État français. » Côté marocain, « il n’y a toujours pas d’évolution car certaines personnes qui ont des informations sur cette affaire, comme Miloud Tounzi, n’ont toujours pas comparu devant la justice ». Enfin, le fils de l’ancien opposant a également évoqué le rôle du CNDH : « Suite aux recommandations de l’Instance équité et réconciliation (de poursuivre l’enquête sur l’affaire Ben Barka, ndlr), nous ne savons toujours pas ce que compte faire le CNDH pour élucider ce crime. Aucun rendez-vous n’a été fixé ».

article suivant

La Fondation des musées fait appel à des experts chinois pour restaurer ses oeuvres

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.