La RAM réclame une fiscalité sur mesure face au risque de cessation de paiement

La RAM réclame une fiscalité sur mesure face au risque de cessation de paiement

Le bilan financier de la RAM est plombé par des résultats encore insuffisants, quoiqu’en amélioration. Driss Benhima évoque une possible cessation de paiement d’ici la fin de l’été 2015.

Par

Driss Benhima patron de la Royal Air Maroc
Driss Benhima Crédit : Yassine Toumi

L’exposé de Driss Benhima devant la Commission des infrastructures de la Chambre des représentants lundi 20 octobre avait des allures d’examen. Le PDG de la Royal Air Maroc a eu l’occasion de mettre en avant ses réussites, mais sans échapper non plus à quelques questions plus délicates.

C’est un Driss Benhima fier des « performances historiques » de la RAM qui a aligné les chiffres positifs : avec des résultats d’exploitation et courant à respectivement 718 millions et 598 millions de dirhams, le PDG de la RAM avait des arguments pour claironner notamment qu’il s’agit de « la meilleur performance de l’histoire de la RAM. Sachant qu’en 2011, [le résultat d’exploitation] était déficitaire de 499 millions de dirhams ».

Malgré la morosité de la conjoncture internationale, le chiffre d’affaires et le nombre de passagers continuent de progresser.

Haro sur la fiscalité

Pourtant, la trésorerie de la RAM peine à sortir de la zone de turbulences. Mais Driss Benhima impute les difficultés de la RAM à une fiscalité « injuste » selon lui. En ligne de mire, le crédit TVA. Entre le retard dans sa mise en œuvre puis sa suspension en 2006, Driss Benhima évalue la dette de l’État envers le transporteur aérien national à 1,1 milliard de dirhams. Une situation que le patron de la RAM considère comme absurde, faisant de son entreprise « la seule compagnie soumise à l’obligation de payer la TVA sur ses achats d’avions et de pièces de rechange, au moment où les autres pays exemptent leurs compagnies de cette taxe ».

Une restructuration réussie pour Benhima

Suite au contrat-programme signé avec l’Etat en 2011, la RAM a fait des progrès en matière de restructuration. Les objectifs sont même, selon Driss Benhima, « atteints ». La masse salariale, réduite de 34 %, est devenue plus efficace : un avion vole désormais avec 62 agents, contre 100 en 2011. 17  liaisons parmi les moins rentables ont été supprimées, et certaines agence RAM fermées.

Mais du côté des clients, Driss Benhima a admis « avoir constaté la persistance de critiques sur les réseaux sociaux », annonçant avoir lancé une étude avec un cabinet dirigé par le sociologue Mohamed Tozy « pour mieux comprendre ce phénomène et y répondre ».

article suivant

Gaid Salah: Sortir de la Constitution, c'est "détruire" les fondements de l'Etat

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.